Festival * Syrien n’est fait * 1-5 août 2018

Syrien n’est fait #3 [Festival d’Art Engagé] du 1er au 5 août 2018, aux Grands voisins (Paris). Créé en 2016, cet événement organisé par l’Association de Soutien aux Médias Libres – ASML / جمعية دعم الإعلام الحر est le fruit d’un travail collaboratif en partenariat avec de nombreuses associations syriennes en France : Codssy – Collectif de Développement et Secours Syrien, la Caravane Culturelle Syrienne, l’Association Revivre, SouriaHouria.com سوريا حرية, Women Now For Development, SouriaLi – سوريالي, l’UOSSM France, Syrians & Friends Paris, ainsi que l’Iremmo – Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient et Yes We Camp.

Le festival Syrien n’est fait revient pour sa 3e édition aux Grands Voisins du 1er au 5 août 2018. Cette année, les artistes et acteurs de la société civile participant au festival explorent une thématique particulière : Corps et Liberté. Expositions multidisciplinaires (dessin, sculpture, photo, peinture), art visuel, réalité virtuelle, vidéo, cinéma, poésie, danse, concerts, conférences-débats, gastronomie… Le festival Syrien N’est Fait est l’occasion de vivre des moments de rencontres et d’échanges, de découvrir et débattre.Au programme : expositions multidisciplinaires (dessin, sculpture, photo, peinture), art visuel, réalité virtuelle, vidéo, cinéma, poésie, danse, concerts, conférences-débats ou encore gastronomie.
Programme complet : Mercredi 1er août

→ Opening, Live set, discours d’inauguration et vernissage des expositions en présence des artistes
18h-22h – Lingerie
Avec les djs Colonel Abu Diab (électro bass orientale) et Amjad (downtempo, deep groove).
→ Conférence : La Syrie: et demain?
19h-21h – Pouponnière
Comment évolue actuellement le contexte géopolitique syrien et quelles perspectives envisager pour la Syrie et les Syriens, après 7 années de conflit ?
Avec Bassma Kodmani (chercheuse, universitaire et politologue, directrice du think tank Arab Reform Initiative et cofondatrice du Conseil national syrien), Ziad Majed (professeur, politologue), Hélène Sallon (modératrice et  journaliste au Monde). Organisé par l’iReMMO (Institut de Recherche et d’Etudes Méditerranée Moyen-Orient).
→ Ciné plein air
22-00h – Cour Oratoire
 

 

Jeudi 2 août

→ Conférence Skype en direct : Être femme journaliste aujourd’hui en Syrie
18h30-20h15 – Pouponnière
La parole sera donnée à des femmes journalistes syriennes actuellement sur le terrain, qui partageront leurs expériences et répondront aux questions d’un panel de journalistes invités et du public.
Avec Rand Sabbagh (journaliste), Iyad Kallas (fondateur de radio SouriaLi), Haya El Ali  (journaliste). Organisé par ASML/Syria.

→ Talk : Révolution syrienne et libération de la femme
20h30-22h – Pouponnière
Quel fut l’impact de la révolution sur les femmes syriennes ? Se sont-elles émancipées ou sont-elles les victimes d’une société en guerre, encore plus conservatrice ?
Afin d’en débattre, un riche panel de femmes syriennes activistes, féministes et engagées, composé de Maria Al Abdeh (directrice de l’ONG Women Now for Development) Yasmine Merei (journaliste et activiste), Maya al-Rahabi  (physicienne, auteur et activiste, cofondatrice de Syrian Women’s Political Movement), et Nisrine Al Zahre (modératrice et linguiste, actuellement maître de langue à l’EHESS)
→ Ciné plein air : Haya, rebelle de Raqqa – en présence de Haya El Ali
22h-00h – Cour Oratoire
En 2014, Haya El Ali filmait clandestinement la vie de la population dans sa ville natale de Raqqa, alors sous le joug de l’Etat islamique, et recueillait des témoignages saisissants. Le reportage de France 24, “Haya, rebelle de Raqqa” suit son quotidien en France, où elle a dû trouver refuge, après avoir été menacée de mort par le groupe terroriste.
 

 

Vendredi 3 août

→ Concert : Jundi Majhul Watar
20h-21h – Lingerie
Khairy, est producteur de musique et ingénieur son la plupart du temps, mais il est aussi un MC et un rappeur engagé. Sur scène, il devient “Jundi Majhul” (“le soldat inconnu”) ou “Watar” (“la corde d’instrument”) et présentera son nouvel album “El Mahatta L’Oula”.

→ Live set : Colonel Abu Diab – Samakeh – Trap, Middle East Trap, Dub Electronic
21h-00h – Lingerie
Pour ce set, le Colonel est rejoint par Samakeh, producteur et DJ basé à Vienne, créateur de performances musicales électro d’inspirations Drum&Bass, Dub et Reggae. Il travaille actuellement à la réalisation d’un album D&B, qui sortira prochainement.
 

 

Samedi 4 août

→ Atelier : Sérigraphie
14h-18 – Atelier La Grande Masse
Initiation à la sérigraphie et réalisation de dessins et calligraphies sur le thème de la révolution syrienne. Atelier mené par les artistes Sara Kontar et Tammam Alomar.
Réservation en ligne sur la page Facebook Syrien N’est Fait en message privé.

→ Lecture : Contes arabes
15h-16h – Cour Robin
Lecture de contes arabes à destination du jeune public, par Yamina Meliani, en arabe et en français. Organisé par Revivre.
→ Danse : Et si demain? – par le Collectif NAFASS
17h30-18h – Oratoire
Flashs back, douleurs, émotions : le corps ne ment pas. Il s’exprime, se raconte et avec lui, l’âme. « Et si demain », une création du collectif NAFASS, questionne ce ressort invisible qui fait aller de l’avant, danser de l’avant. En partenariat avec l’Atelier des artistes en exil.→ Initiation à la debké, danse traditionnelle syrienne
19h-20h – Extérieur Lingerie
Par le danseur Nidal Abdo du Collectif NAFASS.
→ Concert : Jesser
20h30-21h45 – Lingerie
Jesser, “le pont”: quand deux musiciens Syriens rencontrent deux musiciens Français, quand l’âme de la musique orientale arabe rencontre le jazz. Une musique mêlant oud, violoncelle, guitare et batterie.
→ Concert : Abo Gabi – Hegaz Harb
22h-00h – Lingerie
Chanteur syro-palestinien originaire du camp de Yarmouk, Abo Gabi interprète des chansons populaires, ainsi que d’autres de son propre registre. Un répertoire qui retrace les sept années de guerre au son de la musique orientale traditionnelle et contemporaine. Proposé par la Caravane Culturelle Syrienne.
 

 

Dimanche 5 août

→ Atelier : Cuisine syrienne
12h-13h30 – Lingerie
Initiation à la cuisine syrienne à travers la réalisation d’un plat typique de la ville d’Alep : le kebab à l’aubergine.
Réservation en ligne sur la page Facebook Syrien N’est Fait en message privé.

→ Table-ronde : Art et Dictature
 15h-16h30 – Pouponnière
Comment s’exprimer en tant qu’artiste dans l’une des dictatures les plus sévères au monde ? Pourquoi choisir l’art comme forme d’activisme ?
Discussion menée en présence d’artistes de différents horizons, notamment Najah Albukai, artiste peintre et Darina Al Joundi, comédienne, et modérée par Farouk Mardam-Bey, historien et directeur des collections Mondes arabes aux éditions Actes Sud. En partenariat avec la Caravane Culturelle et Souria Houria.
→  Danse : Et si demain? – par le Collectif NAFASS
16h30-17h – Cour Oratoire
Flashs back, douleurs, émotions : le corps ne ment pas. Il s’exprime, se raconte et avec lui, l’âme. « Et si demain », une création du collectif NAFASS, questionne ce ressort invisible qui fait aller de l’avant, danser de l’avant. En partenariat avec l’Atelier des artistes en exil.
→ DJ set : Colonel Abu Diab et Samakeh – Amjad 
17h-20h – Cour Oratoire
Triphop, HiphopBeats, House – Colonel Abu Diab, Samakeh et Amjad se réunissent pour nous livrer un set de clôture emblématique de la nouvelle scène électro syrienne, en plein air et en plein coeur des Grands Voisins.
 

 

Les expositions

Carte blanche : Cette année, les artistes ont carte blanche et s’expriment autour de la thématique “Corps et liberté”
Horaires : Mercredi-Vendredi de 15h à 22h – Samedi de 12h à 00h- Dimanche de 12h à 20h
Lieu : Lingerie, Pouponnière, Restaurant Oratoire et porche Robin

→ Alaa Abou Shaheen
Sculpteur, Alaa Abou Shaheen réalise ses oeuvres à partir de chutes de métal qu’il façonne en les martelant, les chauffant ou les soudant. Entre le cheval et l’âne, l’artiste joue sur l’ambiguïté de la ressemblance entre les deux animaux. La guerre mais aussi des éléments d’inspiration plus joyeuse se font ressentir dans son art.
→ Carole Alfarah
Photographe damascène, Carole Alfarah s’emploie à redonner voix et reconnaissance aux personnes et collectifs qui en sont dépourvus. Depuis l’éclatement du conflit en Syrie, son intérêt s’est réaffirmé envers la société civile, s’évertuant à fuir l’iconographie, les archétypes et l’objectivité canonique du reportage de guerre.
[Visuel : https://drive.google.com/open?id=1sXZ7E-GrJclf6s0AtqFct6RU7We0Jp5W]
→ Dino 
Diplômé de la Faculté des Beaux-Arts de Damas en communication visuelle, Dino Ahmad Ali consacre, depuis 2011, toutes ses productions à la révolution syrienne. Il a participé à de nombreux événements (colloques, expositions, livres) qui traitent de l’art contre la guerre en Syrie.
→ Tammam Alomar
Graphiste de formation, Tammam Alomar a beaucoup travaillé sur la question de la violation des droits de l’Homme depuis la Syrie jusqu’en 2014, à travers la production d’affiches politiques et de sensibilisation, utilisant le graffiti, la calligraphie arabe et le photomontage. Le symbolisme du corps humain est au coeur de ses créations, notamment à travers la question de la prison et de la torture.
→ Collectif Le Peuple syrien connaît son chemin
Fondé par de jeunes Syriens peu de temps après le commencement de la révolution syrienne, le collectif a adopté une approche pacifique pour exprimer leur opposition au régime syrien et à la dictature, multipliant les actions à l’intérieur du pays jusqu’en 2014, et désormais depuis l’exil.
→ Mohamad Omran
Les sculptures et dessins de Mohamad Omran sont régulièrement dévoilés lors d’expositions individuelles ou collectives, et font également partie de prestigieuses collections, comme celle du British Museum. Une partie de ses oeuvres explorent le thème de l’attente et du pouvoir, à travers un chevauchement de corps délimité par la géométrie des cadres.
→ Reem Yassouf
Diplômée de la Faculté des Beaux-Arts de Damas en peinture, Reem Yassouf a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives dans plusieurs pays à travers le monde. Elle a reçu plusieurs récompenses pour son travail et a participé à la fondation du festival Khan Al Funoun en Jordanie en 2014.

→ Photo documentaire
  • SOURYA / photos de correspondants syriens
    Proposé par ASML/Syria en partenariat avec SMART News Agency.
    Cette exposition montre la manière dont les Syriens font face aux bombardements, sièges, pénuries et déplacements incessants. Elle souligne également l’inventivité du peuple syrien et sa capacité à trouver des solutions créatives aux défis quotidiens.
  • WOMEN OF GHOUTA / par le photographe Firas al Dimashqi
    Proposé par Women Now for Development.
    La campagne #WomenofGhouta, de Women Now for Development, souhaitait montrer les conditions de vie terribles subies par les femmes lors du siège de la Ghouta. Le photographe Firas al Dimashqi en a fait une série sur les abris souterrains, protection de fortune pour ces femmes.

→ Courts-métrages

  • Amer Albarzawi, “Fade to Black”(2005) et “Yaman” (2016) XXX
    Amer Albarzawi participe, au sein du collectif Majooneh qu’il a co-fondé, à la réalisation de courts métrages. Leur premier film “Fade to Black”, a gagné le Prix du Jury au Festival de Toronto, et leur second, “Yaman”, celui du Meilleur Court au Festival international de Dakha.
  • Tawfik Arida et Amro Arida,
    Le film “Kohl” est la première oeuvre collective des réalisateurs autodidactes, Tawfik Arida et Amro Arida. Ce court-métrage met en lumière le phénomène de la violence domestique à l’encontre des femmes exilées, à travers l’histoire d’une femme réfugiée en Allemagne, qui souhaite demander le divorce.
  • Mohammad Hijazi,
    Les courts-métrages d’animation “A Matter of Life and Death” et “A Day in Detainee’s Family Life” de Mohammad Hijazi nous font vivre la violence et les traumatismes que subit la population civile syrienne, ainsi que l’espoir et la force qui l’habitent.

→ Réalité Virtuelle
Proposé par ASML/Syria en partenariat avec SMART News Agency.
Filmés à 360° et et visionnés grâce à des casques dédiés, le film transporte le spectateur en immersion dans le quotidien des civils syriens:
“Le cauchemar de Nobel”, sur la réalité d’Alep 2015;
“Médecins en danger”, sur le quotidien des médecins dans les hôpitaux du nord de la Syrie, avec l’UOSSM (Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux);
“Be the Eyes of a Syrian Reporter”, sur le travail des journalistes sur le terrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.