Plan d’action contre le terrorisme * 13 juillet 2018

Chiffres gouvernements communiqués dans le cadre de la parution du Plan d’action contre le terrorisme (PACT). Version PDF : plan-d-action

  • « Depuis 2016, les neuf attentats perpétrés sur notre territoire, auxquels s’ajoutent les 13 tentatives et les 42 actions terroristes déjouées, démontrent que la menace terroriste est durablement enracinée dans notre société. »
  • « En 2016, trois attentats ont endeuillé le pays, causant la mort de 89 personnes. L’année 2017 a été marquée par trois attentats meurtriers et le début de l’année 2018 par deux attaques terroristes ayant causé sur la période un total de huit morts. »

  • « En 2016, 9 300 personnes étaient signalées pour radicalisation violente. Aujourd’hui, ce sont plus de 20 000 personnes signalées dont 5 500 via le centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR) et plus de 9 000 par les états-majors de sécurité départementaux. 23 % des signalements concernent des femmes et moins de 5 % des mineurs. »
  • « Au 6 juillet 2018, 718 individus de nationalité française ou résidant en France étaient présents en zone syroirakienne, parmi lesquels 360 hommes, 312 femmes et 46 mineurs de 13 ans et plus. Ainsi, la menace constituée par ces combattants, toujours présents au Levant, reste vive du fait de leur implication avérée dans la préparation d’actes terroristes ou de leur influence sur des individus velléitaires ou inconnus des services, résidant en France. »
  • « En 2016, 25 individus étaient revenus de la zone syro-irakienne, contre 10 en 2017 et 9 au 1er juin 2018. »
  • « Au 1er juin 2018, les prisons françaises comptent 512 individus détenus pour actes de terrorisme et 1 145 prisonniers de droit commun qui ont été identifiés comme radicalisés. Ces chiffres ont sensiblement augmenté depuis 2016. 48 détenus terroristes islamistes et 402 détenus de droit commun radicalisés devraient être libérés d’ici fin 2019. »

 

Le plan d’action s’articule autour de 32 actions publiques identifiées dans cinq domaines prioritaires :

  • Connaître (5 actions), pour mieux identifier et comprendre la menace terroriste et ses évolutions ;
  • Entraver (8 actions), pour prévenir et empêcher les passages à l’acte par une meilleure prise en compte des individus à risque, la lutte contre le financement du terrorisme et les efforts de règlement des conflits qui alimentent la menace terroriste ;
  • Protéger (8 actions), pour adapter les dispositifs de protection des personnes et des biens, au regard des menaces identifiées. Cette adaptation passe notamment par le développement de capacités technologiques et par une implication accrue des opérateurs publics et privés ;
  • Réprimer (2 actions), pour optimiser les politiques de répression des auteurs d’infractions terroristes ainsi que le traitement judiciaire des djihadistes français ;
  • L’Europe qui protège (9 actions), pour optimiser la synergie entre les pays européens et promouvoir les initiatives de la France au sein de l’Union européenne pour lutter plus efficacement contre le terrorisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.