Conf * Une probation à la française ? * 14 sept 2018

Journée d’étude internationale organisée par la direction de l’administration pénitentiaire (DAP) sur « Une probation à la française ? Perspectives historiques, comparatives et critiques ».

  • Date et lieu : 14 septembre 2018 à Paris
  • Information et inscription : secretariat.dap-me@justice.gouv.fr

 

 

Programme

À l’occasion des soixante ans de la probation en France, la journée d’étude du 14 septembre vise à faire le point sur la probation « à la française » et proposer quelques contrepoints internationaux. En effet, la probation a connu récemment en France comme au-delà de nos frontières, de nombreuses transformations. Ces évolutions circulent d’un pays à l’autre et il convient de nourrir les réflexions sur la probation en France à partir de l’analyse des
différentes situations étrangères. Trois axes principaux de questionnements seront abordés pour comprendre la probation
aujourd’hui en France :

  • Genèse historique et enjeux actuels du dispositif institutionnel de la probation
  • La probation et ses métiers : pratiques, et identités professionnelles.
  • Nouveaux instruments, nouvelles méthodes, nouveaux concepts : quelle philosophie d’action pour la probation ?

Cette journée s’adresse autant à la communauté scientifique qu’aux praticiens. Elle invite à la rencontre entre des chercheurs et des professionnels de terrain, les résultats de recherches seront ainsi mis en dialogue avec des témoignages et retours d’expériences. Elle peut également être validée au titre de la formation continue.

09h15-09h45 Accueil des participants
09h45 -09h55 Ouverture : Direction de l’administration pénitentiaire
09h55-10h15 Propos introductif : Les enjeux contemporains de la probation, Denis SALAS,
magistrat, professeur de droit, président de l’Association française pour l’histoire de la justice

10h15-12h Première session. Genèse historique et enjeux actuels du dispositif institutionnel de la probation
La probation française s’inscrit dans une longue histoire, 60 ans si on retient l’ordonnance du 23 décembre 1958 comme pierre angulaire du dispositif. Cette ordonnance instaure le juge de l’application des peines (JAP), mais également les comités de probation et d’assistance aux libérés (CPAL), qui fusionneront en 1999 avec les services socio-éducatifs en établissement pour créer les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP). Une histoire centenaire si on choisit de remonter à la loi du 14 août 1885 sur les moyens de prévenir la récidive, qui introduit la libération conditionnelle et la création de « sociétés de patronage ».
Cette première session propose de revenir sur l’histoire institutionnelle de la probation française afin d’éclairer les contours du dispositif actuel. Si les services pénitentiaires d’insertion et de probation sont désormais bien ancrés dans le paysage de la probation, comment articulent-ils leur mission avec celles de leurs partenaires publics et privés ? Un contrepoint sur les conséquences de la réforme du NPS (national probation service) menée au
Royaume-Uni dans les années 2010 sera proposé.

Président de session : Julia MINKOWSKI, avocate, présidente du Club des femmes pénalistes

  • Aux origines de la probation, la libération conditionnelle en France de 1885 aux années 1930, Elsa GENARD, doctorante en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • La probation en Europe : statistiques pénales européennes du conseil de l’Europe, Marcelo AEBI, criminologue, Université de Lausanne
  • Contrepoint : La réforme de la probation au Royaume-Uni, Lol BURKE, chercheur en criminologie, Université John Moores, Liverpool et Steve COLLETT, former Chief Probation Officer in England and Wales

12h-14h Déjeuner

14h-15h45 Deuxième session. La probation et ses métiers : pratiques, et identités professionnelles.
Depuis l’ordonnance du 23 décembre 1958, les métiers de la probation ont beaucoup évolué. La reconnaissance progressive d’une justice de l’application des peines, la réflexion européenne sur les bonnes pratiques par le biais des règles européennes de la probation, l’évolution des missions allouées aux services et aux agents affectent nécessairement les métiers de la probation, c’est-à-dire tout à la fois les pratiques, les responsabilités et les identités professionnelles des praticiens chargés de la mettre en œuvre. Pour cerner les enjeux professionnels soulevés par les évolutions de ce domaine de l’action publique, nous croiserons dans cette session l’approche sociologique et le retour d’expérience de praticiens. Un contrepoint sur le monde belge de la probation sera proposé afin de proposer des éléments de réflexion sur une articulation différente des acteurs de ce champ.

Président de session : Yves PERRIER, directeur de service pénitentiaire d’insertion et de probation honoraire

  • Formation et identité professionnelle des conseillers d’insertion et de probation, Juliette SOISSONS, doctorante en science politique, Université de Picardie Jules Verne, Amiens
  • La probation sous l’angle des pratiques quotidiennes : retour d’expérience de Loïc LECHON (CPIP, SPIP de Charente-Maritime) et de Anne TAILLEFER (CPIP, SPIP de Paris)
  • Contrepoint : La probation en Belgique, Joséphine BASTARD, docteure en sciences politiques et sociales de l’université de Liège

 

15h45-16h Pause

 

16h-17h45 Troisième session. Nouveaux instruments, nouvelles méthodes, nouveaux concepts : quelle philosophie d’action pour la probation ?

Aujourd’hui, environ 170 000 personnes sont suivies en milieu ouvert en France dans le cadre d’une mesure pénale ou d’une peine (et principalement dans le cadre d’un sursis avec mise à l’épreuve, d’une mesure de travail d’intérêt général, d’une libération conditionnelle, d’un suivi socio-judiciaire, d’un placement sous surveillance électronique ou d’une semi-liberté). Cette session proposera de réfléchir aux moyens élaborés pour organiser le suivi des personnes placées sous main de justice. Il s’agira de réfléchir à la création de nouvelles mesures (la contrainte pénale, la détention domiciliaire, etc.), mais également à la mise en place de nouvelles méthodes d’intervention (les programmes de prévention de la récidive, les binômes de soutien, la justice restaurative, les fermes de réinsertion, etc.) fondés parfois sur de nouveaux concepts (la notion de « désistance », ou encore le modèle « risques-besoins-réceptivité », etc.). Cette session s’intéressera également aux outils d’évaluation, introduits dans un double souci de rationalisation de l’activité et de gestion des risques de récidive. Comment les acteurs du monde de la probation s’approprient-ils ces outils ? Comment comprendre les résistances qui s’expriment à leur égard ? Un contrepoint sur l’Écosse nourrira la réflexion sur ce thème.

Président de session : Paul MBANZOULOU, directeur de la recherche et de la documentation, École nationale d’administration pénitentiaire.

  • La prévention de la récidive ou les conflits de rationalité de la probation française, Olivier RAZAC, maître de conférences en philosophie, Université Grenoble Alpes
  • La probation du point de vue du JAP : retour d’expérience de Cécile DANGLES viceprésidente chargée de l’application des peines au TGI de Lille, présidente de l’ANJAP
  • Contrepoint : John STURGEON, enseignant en travail social, University of the West of Scotland

 

17h45-18h15 Conclusion et synthèse par Marie-Sophie  DEVRESSE, professeure de criminologie, Université catholique de Louvain

18h15-18h45 Clôture: ministère de la Justice

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.