Conf * Djihadisme eu Pakistan * 30 mai 2018 * Genève

Conférence d’Amélie Blom intitulée « Faut-il être payé pour tuer ? Les fondements économiques de la violence jihadiste au Pakistan« . Amélie Blom est enseignante à Sciences Po Paris et à l’INALCO (Chaire Yves Oltramare).

Date et lieu : mercredi 30 mai 2018 de 18h30-20h à l’auditorium A2

de la Maison de la paix, à Genève.

Présentation par l’auteur : « Nous ne savons à peu près rien de l’origine sociale des recrues jihadistes au Pakistan. La très grande diversité – doctrinale, géographique, sociologique et politique – des organisations rendrait toute généralisation hasardeuse. Et pourtant, les politiques publiques, le sens commun médiatique, tout comme une grande partie de la littérature savante, s’acharnent à faire de la frustration économique le moteur de l’engagement individuel, voire de l’action violente elle-même. Plutôt que de chercher des motivations inaccessibles à l’observateur, il faut considérer l’attribution de motivations aux recrues jihadistes comme un processus éminemment politique qui doit être interrogé en tant que tel. »

Chargée de cours en science politique au campus Europe-Asie de Sciences Po et à l’Institut national des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Amélie Blom est également co-rédactrice en chef de SAMAJ-South Asia Multidisciplinary Academic Journal. Ses recherches, qui portent sur différentes formes de militantisme au nom de l’islam au Pakistan, ont fait l’objet de plusieurs publications, entre autres:  « Emotions and the Micro-foundations of Religious Activism: The Bitter-sweet Experiences of ‘Born-Again’ Muslims in Pakistan » (The Indian Economic and Social History Review, January-March 2017) et « Les « martyrs » jihadistes veulent-ils forcément mourir? Une approche émique des mécanismes de la radicalisation autosacrificielle au Pakistan » (Revue Française de Science Politique, octobre 2011).

La chaire Yves Oltramare Religion et politique dans le monde contemporain a pour mission d’apporter une contribution scientifique majeure à l’analyse de l’impact des rapports entre religion et politique sur l’évolution des sociétés et du système international.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.