Conf * Réflexion sur les radicalisations * 20 avril 2018

Deuxième rencontre du Groupe de réflexion sur les radicalisations. Interventions de Léa Kalaora, Fatiha Kaoues, Veronica Martins, Nicolas Mitrévich et Petra Pelletier le 20 avril 2018, 14h-18h, salle A3-35 au 54, bd Raspail 75006 Paris. Inscription obligatoire : smelenotte@msh-paris.fr

Titres et résumés des intervenants

  • Léa Kalaora « Les femmes radicalisées en France : observations cliniques ». « Dans le cadre de ma thèse réalisée à l’UFR d’études psychanalytiques de Paris-7 et intitulée provisoirement « Radicalisation islamiste et genre : la radicalisation chez les femmes en France », je mène depuis plusieurs mois des entretiens cliniques de recherche à la Maison d’arrêt des femmes de Fleury-Merogis avec des détenues accusées d’association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste. Dans les entretiens, je m’intéresse autant à la montée dans la radicalisation à laquelle je n’ai accès que rétrospectivement, qu’à ce qui se passe pour ses femmes au moment où elles me parlent, notamment aux effets traumatiques de la guerre, aux effets de l’incarcération et de la séparation familiale. J’accorde en effet une place importante dans ma recherche au lieu d’où elles me parlent, c’est-à-dire la prison, et aux effets de cette institution sur les processus de subjectivation. Je présenterai le cadre et le terrain de cette recherche de même que mes premières pistes d’analyse. »

 

  • Fatiha Kaoues, « Les ONG confessionnelles au défi de la radicalisation ». « De nos jours, les ONG confessionnelles sont majoritaires parmi les acteurs des champs du social et du développement. Elles sont en première ligne dans les zones de conflits et s’adossent à des valeurs spirituelles dans leur traitement des problèmes sociaux. Je présenterai deux ONG, World Vision et la Ligue islamique mondiale, agissantes en Europe et dans le monde arabe et qui développent des réponses différenciées vis à vis de la violence se réclamant de la religion. J’évoquerai enfin une recherche en cours sur le champ associatif français et des pistes de réponse qu’elles élaborent pour penser soutenir un espace de convivence pacifique entre religions et cultures, dans un contexte doublement contraignant (une laïcité offensive d’un côté, une actualité nourrie de drames liés au « djihadisme » de l’autre). »

 

  •  Veronica Martins, « La lutte contre le terrorisme au Maroc : sa « diplomatie religieuse » comme instrument de contre-radicalisation en France, au Royaume-Uni et au Mali ? ». « Cette étude vise à analyser la politique anti-terroriste du Maroc – succès et limites- et en particulier la diplomatie religieuse qui met en avant le volet religieux de cette politique et pourquoi elle suscite l’intérêt de la France, du Royaume-Uni et du Mali dans le cadre des efforts déployés en matière de contre-radicalisation. Notre question de recherche est la suivante : quelle(s) contribution(s) la diplomatie religieuse du Maroc peut-elle apporter à une politique efficace de contre-radicalisation et prévention du terrorisme islamique en France, au Mali et au Royaume-Uni? Il s’agit de comprendre dans quelle mesure la politique de formation des cadres religieux préconisée par le Maroc peut contribuer à la politique de contre-radicalisation des trois États en question, basé notamment sur la perception nationale de ce modèle. Il s’agit également de comprendre les facteurs qui favorisent ou empêchent l’adoption du modèle marocain. Dans ce contexte, nous allons explorer ce qui se fait au Maroc, mais aussi en France, au Royaume-Uni et au Mali en matière de prévention terroriste, notamment en ce qui concerne la formation de cadres religieux, puis la dimension bilatérale de la relation entre le Maroc et chacun de ces pays dans ce domaine. Ce projet de recherche est en cours, mais nous allons présenter les premiers résultats du travail de terrain qui a déjà pu être effectué pour la France et le Mali. D’autres entretiens devront être réalisés et l’étude de cas du Royaume-Uni développée. En conséquence, les conclusions présentées sont provisoires. »

 

  • Petra Pelletier « L’approche psychosociale du terrorisme : Origines et conséquences des actes radicaux ». Le principal objectif de cette intervention sera de présenter la synthèse de mes travaux de recherche portant sur les conséquences psychosociales des attaques terroristes auprès de la population et d’apporter une perspective psychosociale des mécanismes qui se situent à l’origine de la radicalisation des individus. Plus spécifiquement, les principaux résultats de mes recherches apportent une meilleure compréhension des réactions émotionnelles, sociales et comportementales des citoyens suite à une attaque terroriste. Par ailleurs, mes recherches menées sur le terrain après l’attentat de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015 à Paris et l’attentat du 22 mars 2016 à Bruxelles en Belgique contribuent à élucider la construction sociale des phénomènes macro-sociaux complexes, tels que le climat socio-émotionnel d’un pays, à partir des émotions ressenties au niveau individuel par des personnes après une attaque terroriste. Pour finir, mes intérêts de recherche actuels qui se situent principalement au niveau de l’étude des mécanismes motivationnels et identitaires qui sous-tendent les origines de la radicalisation des personnes seront discutés.
  • Nicolas Mitrévich « L’extrême droite en mouvement : le cas de Génération Identitaire. Contribution à une analyse sociologique des processus de radicalisation politique ». L’objectif de mon travail est de questionner les sociabilités militantes, plus précisément dans la fédération parisienne de Génération Identitaire, une organisation de jeunesse politique radicale d’extrême droite. Nombre de travaux sur les sociabilités militantes ont fait état d’une nécessaire mise en relation de sociabilité ordinaire au sein des différents milieux sociaux (familial, professionnel, amical, politique, etc.) pour rendre compte de l’intégration des individus dans les organisations politiques. Ce qui caractérise les milieux sociaux d’origine et les réseaux d’intégration des membres de la fédération parisienne de Génération Identitaire, c’est leur extrême hétérogénéité sociale. Tout l’intérêt de ma recherche réside donc dans sa capacité à rendre compte de cette sociabilité militante, capable de faire tenir les membres entre eux, bien qu’il n’existe pas à priori d’expérience ni de contexte homogène favorable.

Séminaire animé par les directeurs de l’Observatoire des radicalisations à la FMSH : Farhad Khosrokhavar, Jérôme Ferret et Adil Jazouli

Contact : Sabrina Melenotte – Plateforme « Violence et sortie de la violence » – 01.40.48.64.99 – smelenotte@msh-paris.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.