Publi * Chiffres sur les combattants djihadistes (FTFF) * 2017-2021

Compilation issue de plusieurs supports :

 


Chiffres concernant le Maroc :

  • 18 février 2021 * “Depuis 2002, les autorités ont démantelé 2.009 cellules terroristes et procédé à l’interpellation de 3.535 personnes, permettant de déjouer plus de 500 projets d’attentats (Bureau Central d’Investigations Judiciaires #BCIJ)”. Source : compte twitter de Jean-Charles Brisard.
  • 3 mars 2021. “1.645 djihadistes marocains ont rejoint la Syrie et l’Irak depuis 2012, ainsi que 288 femmes et 391 mineurs. 745 sont présumés morts. Sur 270 revenants, 137 ont été poursuivis (Haboub Cherkaoui, directeur du Bureau Central d’Investigations Judiciaires / BCIJ)”. Source : compte twitter de Jean-Charles Brisard (CAT).
  • 3 mars 2021.  « In total, 1,645 Moroccans joined jihadist groups in Syria and Iraq, including 745 who died in suicide attacks or in battle. Most of the 1,645 fought for Islamic State. Of the survivors, 270 have returned to Morocco and 137 were prosecuted, said Cherkaoui, adding that 288 women and 391 minors also went to the conflict zones, following their main income provider. Moroccan law punishes by up to 10 years those who join jihadist groups abroad. » Source : Ahmed Eljechtimi, « Morocco sees Sahel jihadists as magnet for local cells« , Reuters, 3 mars 2021.

Données extraites de l’article “Europe’s State of Denial About Islamic State Returnees” par Asya Metodieva le 7 novembre 2019

Au sujets des camps de rétention tenus par les Kurdes :

  • ” (…) Prisons and camps containing tens of thousands of individuals, among them many jihadi fighters. About 11,000 of these, including foreign nationals, are still detained and guarded by the Syrian Democratic Forces. The number is even higher if one counts IS families that live in refugee camps.”
  • “According to different estimates, several hundred of the detained men are from Europe, including countries like Ukraine and Kosovo. They are held in prisons across northeastern Syria, with the largest ones thought to be those in Hasakah and Dashisha. Most women and minors have been held in three refugee camps: al-Hol, al-Roj, and Ain Issa. A recent study shows that there are 400 to 500 men and women from EU states, as well as around 700-750 minors. The biggest group—130 adults and 270-320 minors—comes from France.”
  • “Kosovo has contributed 359 people to the jihadi ranks, and many of the Kosovan fighters who got killed left behind wives and children. In April, in a secret operation coordinated with the United States, Kosovo brought home 110 IS returnees (74 children, 32 women, and 4 men) who had been living in Kurdish camps in northern Syria.”

 

Données extraites des travaux de Kim Cragin :

Synthèse des données (source : Kim Cragin, 2017)

  • Depuis 2014 : 40.000 combattants étrangers terroristes (FTF), issus de 120 pays différents, se sont rendus en Syrie et en Irak. Cf. également le manuel du RAN sur ce sujet qui estime le flux à 42.000 FTF.
  • Pour comparaison : 5.000 FTF s’étaient rendus en Irak entre 2003 et 2008 pour combattre les forces US.

 

Parmi ces FTF partis après 2014 (Source : Kim Cragin, 2017) :

  •  6.957 de ces FTF sont décédés.
  • 14.910 de ces FTF ont quitté le Levant.
  • Contrairement à la ligne des résolutions onusiennes de 2014 (UN Security Council Resolutions 2170, 2178 et 2253), seuls 5.395 (36 %) de ces 14.910 FTF ayant quitté le Levant seraient actuellement incarcérés dans leur pays d’origine (et non en Syrie et en Irak, comme cela a été relayé dans la presse française du 21.1.2018).
  • Les autres returnees auraient :
    • soit réintégré leur pays d’origine sans être incarcérés (46 % des 14.910 FTF),
    • soit seraient partis dans un pays tiers
    • ou auraient disparu.

 

Attaques terroristes (Source : Kim Cragin, 2017

  • Au 31 octobre 2017, l’article comptabilise 510 attaques conduites par l’Etat islamique en dehors de la Syrie et de l’Irak (pour rappel, date de la proclamation du « califat universel » nommé « État islamique en Irak et au Levant »: 29 juin 2014).
  • Les combattants étrangers (FTF) ont participé à 138 de ces 510 attaques. Tous ces FTF n’étaient pas des « returnees »/revenants) : seuls 37 % (N = 51) de ces 138 attaques commises par des FTF étaient le fait de returnees. Les 87 attaques restantes ont été commises par des FTF ayant certes quitté la Syrie et l’Irak, mais ne sont pas retournés dans leur pays d’origine.

 

Gestion des returnees par pays (Source : Kim Cragin, 2017, BBC-News & Verfassungsschutz

  • En juillet 2017, la Turquie avait expulsé 957 combattants étrangers (FTF), le plus souvent interpellés à la frontière turco-syrienne. La loi turque permet aux autorités de maintenir les FTF 12 mois en détention. Si leur pays d’origine ne demande pas leur extradition, la Turquie est alors contrainte de les remettre en liberté (source : Kim Cragin).
  • Tunisie : 2929 djihadistes tunisiens sont partis combattre en Syrie et en Irak. 800 de ces djihadistes sont ensuite retournés dans leur pays d’origine, la Tunisie. 35 % de ces 800 returnees/revenants ont été incarcérés ou placés sous contrôle judiciaire. Par ailleurs, 2.200 “terroristes” locaux affiliés à « l’islam radical » sont incarcérés en Tunisie (source : Kim Cragin).
  • Royaume Uni : parmi les 800 djihadistes britanniques, 400 sont retournés au Royaume Uni dont 108 ont été extradés depuis la Turquie. 24 % d’entre eux ont été judiciarisés. Par ailleurs, le Royaume Uni a confisqué les passeports de 150 djihadistes. Enfin, le MI5 a annoncé que 130 djihadistes britanniques auraient été tués « sur zone » (source : chiffres de BBC-News, octobre 2017).
  • Allemagne (source : Verfassungschutz [équivalent de la DGSI], janvier 2018 & CTC-Sentinel mars 2017) :  plus de 970 djihadistes originaires d’Allemagne ne sont rendus sur les zones de combat irako-syriennes, dont 1/5 de femmes. Parmi eux, 145 seraient décédés. Un tiers de ces 970 djihadistes sont retournés en Allemagne. Le Soufan Center avance le chiffre de 56 enfants partis d’Allemagne vers la zone de combat (chiffre non étayé, p. 24-25 / le chiffre ne semble pas correspondre aux données de la revue CTC-Sentinel : 290 djihadistes originaires d’Allemagne auraient été parents, selon l’auteur, qui ne précise pas si les enfants sont partis “sur zone”). Concernant l’Allemagne, voir également l’article de la revue CTC-Sentinel qui donne des éléments sur les profils des djihadistes partis depuis l’Allemagne : les femmes djihadistes sont en moyenne plus jeunes que les hommes, 35 % des djihadistes n’ont que la nationalité allemande (les femmes plus souvent que les hommes), 43 % sont binationaux, 61 % d’entre eux sont nés sur le sol allemand, 13 villes d’origine rassemblent la moitié des foyers de départ de l’ensemble des djihadistes. L’article renseigne également sur les trajectoires biographiques, maritales, professionnelles, religieuses et délinquantes, ainsi que sur les modes de radicalisation.
  • France : voir les chiffres français.

Voir également les chiffres exposés dans le rapport du Soufan Center (chiffres à considérer avec précaution).

 

Par ailleurs, sur les questions de radicalisation et de lutte anti-terroriste  (Source : Kim Cragin & The Guardian:

  • Italie : le département anti-terroriste italien a annoncé avoir interpelé et interrogé 160.593 individus entre mars 2016 et mars 2017, dont 550 individus suspectés de terrorisme, dont 38 ont été poursuivis pour de telles charges. Par ailleurs, pendant le 1er semestre 2017, l’Italie a expulsé 135 individus non-citoyens italiens qui pouvaient être suspectés d’allégeance à l’islam radical.

 

 

Chiffres sur les velléitaires (tentative de départ sur zone), les FTFF (combattants terroristes étrangers) et les individus considérés comme radicalisés en France : consulter les chiffres 2017-2019 publiés dans les médias et les plans d’action publics.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.