Ressources * Returnees : femmes & enfants

Quelques ressources sur le retour des femmes et mineurs français de la zone irako-syrienne (page actualisée en mars 2018) :

  • Cadre législatif sur les mineurs de retour
  • Publications académiques
  • Rapports de think tank
  • Média sur les familles de retour
  • Boîte à outils sur les revenants de la zone irako-syrienne
  • Dispositifs et sites des acteurs humanitaires

Il est possible de compléter cette liste de ressources en adressant un message à radicalisations@gmail.com

Cadre législatif sur les mineurs de retour

 

Pour aller plus loin : voir la liste des rapports et des dispositifs recensés sur ce carnet de recherche.

 

Publications scientifiques, gouvernementaux et d’experts

Rien ne semble avoir été publié par des chercheurs universitaires sur les mineurs et les familles de retour de la zone irako-syrienne.

Plusieurs publications portent en revanche sur les enfants et les femmes au sein des organisations terroristes islamistes, ainsi que la prise en charge des populations radicalisées en France. En voici quelques-unes :

  • Rongé Jean-Luc, « Enfants dans le « djihad » : le parquet de Paris se fiche… des Principes de Paris », Journal du droit des jeunes, n° 347-348, 2015/7, p. 9-10.
  • Jean-Luc Rongé, « Le Routard de Paris à la Syrie » ou comment des enfants peuvent-ils encore rejoindre les théâtres de guerre du Proche-Orient », Journal du droit des jeunes, n° 351-352, 2016/1, p. 31-32.
  • Duterte Pierre, « Thérapie familiale chez les nouvellement dénommés… mineurs non accompagnés… Une impossibilité, un paradoxe, une solution ? », Revue de l’enfance et de l’adolescence, n° 96, 2017/2, p. 93-108.
  • Numéro « L’intervention sociale à l’épreuve de l’Islam », Le sociographe, n° 58, 2017/2.
  • Duhamel Cindy, Ledrait Alexandre, « Djihad au féminin : promesse d’une solution aux éprouvés pubertaires », Adolescence, tome 35, n° 2, 2017/2, p. 413-432.
  • Montassar Jemmali, Clara Polistena, “The instrumentalisation of children by ISIS propaganda a focus on childhood innocence”, [support et dates non identifiés] (Objet de l’article : “The aim of this paper is to answer the following question: is the paradigm of childhood innocence reproduced in ISIS’s propaganda through images of children in passive roles, or has the Islamic State developed its own imaginary of youth?”).
  • Agathe Christien, The Representation of Youth in the Islamic State’s Propaganda Magazine Dabiq 1, Journal of Terrorism Research, Volume 7, Issue 3, September 2016. PDF : journalofterrorism

 

Rapports ou articles produits par des Think tank :

 

Rapports gouvernementaux

 

 

Reportages média sur les familles de retour (sélection)

Radio

 

Télévision

Voir également la liste des reportages télévisés du carnet de recherche.

 

Quelques articles de presse sur la question du retour des familles

 

Dossier thématique de la Gazette des Communes : « Les ‘enfants du djihad’ : comment faire face à leur retour ? »

Boîte à outils sur les revenants de la zone irako-syrienne

  • Juillet 2017, Commission européenne * The RAN (Radicalization Awareness Network) has published a Manual called: ‘Responses to returnees: Foreign terrorist fighters and their families’ * The manual includes a list of practitioners’ recommendations on tackling the challenges linked to returning foreign terrorist fighters (FTFs) and their families. It also presents case studies from around Europe, as well as practices currently in place. Manual in English, French, and German.

 

  • Campagne gouvernementale
  • « Des parents d’enfants partis en Syrie s’engagent contre le jihad » (2015). Dossier de presse : Parents_stopdjihadisme. Vidéos consultables en ligne.
  • Acteurs humanitaires
  • Voir notamment le dossier du CICR sur la Syrie et son action en collaboration avec le Croissant Rouge arabe syrien, ainsi que son programme de « Rétablissement des liens familiaux ». Pour faire une recherche par pays : family_links. Présentation : « Lors de conflits et de catastrophe, des familles peuvent se trouver plongées dans l’angoisse de ne pas savoir ce qu’il est advenu d’un proche. Le CICR et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’emploient à élucider le sort des personnes portées disparues, échanger des messages familiaux et regrouper des familles. »
  • Le site de Human Rights Watch et leur page dédiée à la Syrie.
  • Chiffres (fin 2017)
  • Deux sources qui ne se recoupent pas parfaitement : celle de Gérad Collomb (octobre 2017) et celle de François Molins (janvier 2018).
  • 1/ Octobre 2017, Gérard Collomb (ministre de l’Intérieur) a annoncé :
  • Environ 302 personnes revenues depuis 2012 de la zone de combats irako-syrienne (plus de 254 majeurs et 58 mineurs majoritairement âges de moins de 12 ans).
  • Parmi ces 302 revenants, Gérard Collomb a annoncé que 134 individus étaient incarcérés et 168 toujours en liberté :
  • Par ailleurs, les autorités françaises estiment qu’ environ 1700 citoyens français ont rejoint les zones de combats irako-syriennes depuis 2014. 278 d’entre eux seraient décédés, 700 (dont 300 femmes) djihadistes s’y trouveraient encore, accompagnés de 500 mineurs français (estimation).
  • Le 13 novembre 2017, Nicole Belloubet (ministre de la Justice), a déclaré que huit mineurs de retour des zones de combat étaient en détention (âgés de 16 à 18 ans).
  • 2/ Le 23 janvier 2018, le procureur François Molins a annoncé sur Europe 1 :
  • Le parquet de Paris suit actuellement 489 procédures en lien avec le djihadisme irako-syrien
  • Ces procédures concernent 1.533 individus [Note : le nombre d’individus est largement supérieur à celui des procédures, car il s’agit le plus souvent d' »associations de malfaiteurs »),
    • dont 432 sont d’ores et déjà mis en examen
    • et 277 placés en détention provisoire,
    • les autres faisant l’objet de mandats.
  • A ce jour (janvier 2018), 676 Français dont 295 femmes se trouveraient sur les zones de combat syro-irakiennes.
  • 3/ Le 7 mars 2018, chiffres du Ministère de l’intérieur :
  • « 256 adultes sont revenus en France, selon des chiffres actualisés le 7 mars par le ministère de l’Intérieur, auxquels s’ajoutent 78 mineurs. » (publié le 15 mars 2018 dans France Soir, notamment).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *