Conf * Droit au secret des sources * 11 juin 2022 * En ligne

Débat sur « Un droit au secret des sources pour les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales ? » le samedi 11 juin 2022 de 14h à 17h en visioconférence.


Présentation par les organisations :

Le secret des sources est un élément fondamental du métier de la recherche en sciences sociales. Il définit un mode de connaissance spécifique qui, contrairement à l’enquête policière, ne vise pas la répression des comportements déviants, mais la compréhension de mécanismes sociaux susceptibles d’éclairer les débats scientifiques et publics. Cette éthique, manifestée par la généralisation de la pratique de l’anonymisation, conditionne la participation des enquêté·es avec lesquel·les nous établissons des contrats de confiance d’autant plus importants que le terrain est sensible.

Pourtant, contrairement aux journalistes, les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales ne bénéficient d’aucune protection juridique capable de garantir le respect de ces contrats informels. En France, au Canada, en Angleterre et aux États-Unis, des scientifiques ont ainsi été traduit·es en justice par des institutions publiques ou par des acteurs privés à qui elles et ils ont été sommé·es de transmettre leurs données et de révéler l’identité de leurs enquêté·es.

Si les cas restent pour le moment rares, ils ont été rendus possibles par les conditions juridiques actuelles d’exercice du métier.

À l’heure où les appels à défendre l’autonomie de la recherche se multiplient, nous souhaitons ouvrir le débat sur l’un des éléments essentiels, et pourtant jamais discuté, de la liberté académique.

Intervenant·es :

  • Marwan Mohammed,sociologue, chargé de recherche au Centre Maurice Halbwachs du CNRS, travaille notamment sur les déviances, les jeunesses populaires, les sorties de délinquances et les usages socio-politiques de l’ethnicité. En 2015, il publie dans le quotidien Libération une tribune défendant l’autonomie scientifique et appelant à la création d’un droit au secret des sources pour les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales. Il ouvrira le débat en discutant l’injonction paradoxale qui pèse sur la recherche qualitative : montrer pour prouver/cacher pour protéger.
  • Thierry Dominici, chercheur en science politique et chargé de cours à l’Université de Bordeaux (IRM), travaille notamment sur les populismes, les violences politiques et la radicalisation des jeunes. Il nous parlera de l’enquête policière dont il a fait l’objet lors de son terrain de thèse consacré au nationalisme corse (surveillance, interrogatoires, saisies de ses données) et des conséquences que celle-ci a eu sur ses relations avec les enquêté·es, sur ses recherches et sur la poursuite de sa carrière. Voir notamment l’interview réalisée en 2016 par Sylvain Laurens: « Des sciences sociales sous surveillance ».
  • Marie-Ève Maillé, professeure associée au CINBIOSE de l’Université du Québec à Montréal, travaille sur l’évaluation des impacts sociaux et sur l’acceptabilité sociale des grands projets d’infrastructure. Elle nous parlera de la procédure juridique dont elle a fait l’objet dans le cadre de ses recherches sur un mouvement de résistance à un projet de parc éolien au Québec. En effet, en 2016, alors qu’elle devait témoigner comme experte dans une action collective, la Cour supérieure du Québec lui ordonne de transmettre ses données et l’identité de ses participants au promoteur du projet, l’entreprise Éoliennes de L’Érable. En cas de refus, la chercheuse encourt un procès pour outrage au tribunal. Il s’en suivra deux ans de bataille juridique dont elle analysera l’impact sur son parcours et sur la recherche universitaire québécoise. Voir notamment : Marie-Eve Maillé, L’affaire Maillé : l’éthique de la recherche devant les tribunaux, Montréal, Écosociété, 2018.
  • Jacques Trentesaux est journaliste et a co-fondé le journal en ligne Mediacités, qui publie des enquêtes d’actualité sur les principales métropoles françaises. Il nous parlera de son expérience du métier de journaliste et des menaces qui pèsent actuellement sur le droit au secret des sources.

Le débat, qui entend stimuler les échanges entre les différents acteurs sociaux concernés par le sujet, est ouvert aux chercheurs et chercheuses ainsi qu’aux étudiant·es de toutes disciplines, aux journalistes, aux juristes, aux syndicalistes et à toute personne intéressée.

Il s’inscrit dans le cadre du Laboratoire international Associé du CNRS PRINciPe (Pratiques INformelles du Politique), co-organisé par le Ceraps de l’Université de Lille et le CPDS de l’Université de Montréal.

Pour recevoir le lien zoom, merci d’écrire à l’adresse suivante : liberterecherche@protonmail.com



Citer ce billet
Jeanne Pawella (2022, 2 juin). Conf * Droit au secret des sources * 11 juin 2022 * En ligne. Radicalisations. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t6zz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.