Rapport * Radicalisation en Allemagne * Juin 2021

Le Bundesamt für Verfassungsschutz (office fédéral de protection de la Constitution, Allemagne) publie tous les ans un rapport recensant les infractions à caractère politique et une liste d’organisations faisant l’objet de surveillance à des fins de protection de l’Etat de droit démocratique. Le rapport couvrant les activités de 2020 a été publié en juin 2021 (résumé en allemand : ici).

Une introduction vient rappeler le cadre juridique des données mentionnées et des catégories utilisées (méthodologie de sélection des infractions et organisations). Le rapport énumère ensuite des données quantitatives relatives à ces infractions, puis décrit les organisations suivies par les services. En complément, un chapitre analyse la catégorie très hétéroclite des individus isolés (« Reichsbürger » & « Selbstverwalter », p. 112-121).

Extrême droite

Le rapport analyse également l’évolution de ces courants politiques et religieux. En 2020, l’extrême droite se distingue notamment par ses tentatives de récupération des mouvements vaccino-sceptiques. Elle investit également la période du confinement comme opportunité de diffusion d’éléments de propagande (p. 60-64). Parmi les domaines prégnants de l’extrême droite : la scène musicale (p. 64-66 & p. 68-70 pour le hip-hop) et la pratique sportive (p. 66-68), sa présence sur Internet et les influences venant de l’étranger. On notera qu’une section porte sur la présence de l’extrême droite dans les métiers de la sécurité, dont la police (p. 70-71). Cette question a d’ailleurs fait l’objet d’un rapport dédié : « Rechtsextremisten in Sicherheitsbehörden » (publié en octobre 2000 et recensant 58 cas présumés dans les métiers de la sécurité au niveau fédéral, 319 cas présumés à l’échelle des Länder, 1 064 cas présumés dans l’armée).

Les effectifs de l’extrême droite s’élèvent à 13 250 membres de partis, 3 500 membres de la Nationaldemokratische Partei Deutschlands (NPD), 550 du groupe Die Rechte, 600 du groupe Der III. Weg et 30 100 autres individus (total  de l’extrême droite: 33 300 individus [en soustrayant les multi-encartés] dont 13 300 membres de l’extrême droite violente).

Extrême gauche

L’évolution de la scène de l’extrême gauche (p. 121-186) se caractérise par l’augmentation des infractions et des actes violents en 2020 (et également de leur niveau de violence), souvent commis par de petits groupes fortement radicalisés. Au sein de ce courant, les rédacteurs du rapport distinguent les 9 600 activistes violents (7 500 autonomes, 1 200 anarchistes, 900 « extrémistes de gauche dogmatiques ») des 25 800 « extrémistes de gauche dogmatiques et non-violents » & « extrémistes de gauche divers » (total de l’extrême gauche : 34 300 individus [en soustrayant les multi-encartés]).

Islamisme

La partie consacrée à l’extrémisme politico-religieux (p. 188-229) aborde l’état de la menace (en Allemagne et en Europe : attentats, gestion des détenus terroristes, etc.) et décrit la scène salafiste en Allemagne. Une section analyse l’état de la propagande de Daech (p. 213-215), d’Al Qaida (p. 216-220) et d’organisations islamistes « légalistes » diffusant leur idéologie tout en participant à la société (Frères musulmans, certains groupes de Millî Görüş, certains groupes chiites, etc.).

Le nombre d’individus relevant de l’« islamisme » est estimé à 28 715 (membres d’organisations salafistes, des Frères musulmans, de Millî Görüş, etc. / cf. la liste p. 197). Le rapport présente quelques mesures judiciaires prises contre les organisations ou les individus relevant de ces courants islamistes (p. 226-254).

Réponse publique

L’ensemble des mesures prises (interdiction d’association) par le ministère de l’Intérieur allemand (BMI) de 1990 à 2020 en matière de lutte contre l’extrémisme est énuméré en fin de rapport (p. 374-381).


Données quantitatives (en nombre d’infractions)

Le BKA a enregistré un total de 44 692 crimes à motivation politique en 2020 (en 2019 : 41 177). Parmi ceux-ci :

  • 15 275 (34,2 %) sont des infractions de propagande
  • et 3 365 infractions (7,5 %) peuvent être assimilées à de la criminalité violente à motivation politique.

Si on distingue ces faits par domaines, on compte :·        

  • 23 604 infractions relevant de motivations politiques de droite (dont 13 659 délits de propagande et 1 092 actes violents),
  • 10 971 relevant de motivations politiques de gauche (dont 1 526 actes violents),
  • 477 infractions relevant d’une idéologie religieuse
  • et 1 016 d’une idéologie venant de l’étranger (essentiellement le PKK et des organisations turques).

8 624 autres infractions n’ont pas pu être catégorisées.

Les infractions attribuées à des courants extrémistes 

Parmi l’ensemble de ces infractions à motivation politique, le Verfassungsschutz consacre une partie aux infractions qui relèvent de l’extrémisme et qui sont au nombre de 32 924 (73,7 % de l’ensemble des actes) :

  • 22 357 de l’extrême droite (dont 1 023 sont des actes violents),
  • 6 632 de l’extrême gauche (dont 1 237 actes violents),
  • 409 d’une idéologie extrême liée à un courant religieux,
  • 661 à une idéologie extrême venant de l’étranger.

 Infractions commises par l’extrême droite

L’extrémisme de droite a entraîné la mort de 10 personnes cette année-là (attaque de Hanau : 9 victimes à ascendance migratoire et la mère de l’auteur) et compte également deux tentatives de meurtres, 60 blessures corporelles et 7 incendies. Au sein de ce courant, le Verfassungschutz distingue la violence motivée par l’antisémitisme, de celle motivée par le racisme et de celle dirigée contre l’extrême gauche.

Infractions commises par l’extrême gauche

Les actes violents liés à l’extrême gauche ont augmenté de 34,3 % par rapport à l’année précédente (aucun meurtre recensé, mais 5 tentatives de meurtre, 423 blessures corporelles et 173 incendies) :

  • 776 des actes recensés ont été dirigés contre la police et les forces de sécurité (+ 2/3 par rapport à l’année précédente),
  • 340 contre l’extrême droite (+ 14,5 %),
  • 681 contre l’Etat et ses institutions (+76,9 %)
  • et 272 contre la « restructuration »/les réformes (« Umstrukturierung »).

Trois quart des faits se sont tenus dans la capitale allemande, Berlin.

Infractions motivées par des considérations religieuses

L’extrémisme lié à des motivations religieuses a entraîné 409 infractions, dont 378 relevant de l’islam radical : 33 actes violents dont 2 tentatives de meurtre, 2 meurtres, 24 blessures corporelles et un incendie (par explosif).

56 infractions liées à cette forme d’extrémisme s’inscrivent dans la préparation ou le soutien d’un acte violent mettant à mal le pouvoir étatique (« schwere staatsgefährdende Gewalttat / §§ 89a-c, 91 StGB), 34 cas relèvent de la participation à une organisation terroriste étrangère (§ 129b StGB).

 Infractions liées à une idéologie étrangère

Les actes liés à une idéologie étrangère s’élèvent 1 016 infractions dont 113 actes violents. 661 de ces infractions relèvent de l’extrémisme.  

La dernière partie du rapport concerne la menace cyber.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.