Vidéo * Jamal al-Khatib (en français)

Traduction en français de la web-série Jamal al-Khatib.

Première vidéo de « Jamal al-Khatib »

Traduction du texte de la vidéo :

[Formules de politesse énoncées en arabe / As-salamu alaykum wa-rahmatullah w-barakatuhu] « Bonjour, que la paix de Dieu soit avec vous »

 

[Propos tenus en allemand] :

« Je m’appelle Jamal Al Khatib et j’habite depuis 16 ans en Autriche.

Dans mon pays, il y avait la guerre, c’est pourquoi ma famille s’est installée ici, en Autriche. Mais, ici aussi, ma vie a été tout sauf tranquille. J’ai vu et vécu beaucoup de choses difficiles et fais beaucoup de conneries aussi. J’ai vu comment plusieurs de mes amis sont partis à la guerre pour « Dawla » [traduction littérale de dawla = l’ « Etat »]. La plupart d’entre eux sont morts depuis. Moi aussi, j’ai réfléchi à partir en Syrie pour combattre Assad.

A la télévision, ils montrent que beaucoup de gens continuent à rejoindre l’Etat islamique, ils y meurent et entraînent avec eux des innocents dans la mort. Je ne pense plus que ce soit le bon chemin à suivre.

J’ai été incarcéré et j’ai eu le temps de réfléchir. Je viens d’être remis en liberté et j’ai une histoire à vous raconter. C’est l’histoire de mon parcours. J’ai des amis qui m’aident à vous transmettre mes réflexions, [« mes frères et sœurs », dit en arabe], mes frères et sœurs.

Inch’Allah, je vais vous raconter tout ce que j’ai vécu et ce que j’ai fait. Il m’importe que vous réfléchissiez et que vous ne commettiez pas les mêmes erreurs que moi.

C’est mon parcours.

[Répétition des formules de politesse introductives : « As-salamu alaykum wa-rahmatullah w-barakatuhu »]

Jamal al Khatib. »

 

*****************************************************************

Deuxième vidéo de « Jamal al-Khatib »

[Formules de politesse énoncées en arabe / As-salamu alaykum wa-rahmatullah w-barakatuhu] « Bonjour, que la paix de Dieu soit avec vous »

 

[Propos tenus en allemand] :

« Je veux vous parler de mon pays.

Comme tant d’autres, je ne suis pas né en Autriche. Dans mon ancien pays, c’était la guerre. Je crois que ça a toujours été la guerre là-bas et je crois que ce sera toujours comme ça. J’étais trop jeune pour comprendre ce qui s’y passait. Je me souviens du bruit, des hélicoptères et des bombes, de l’odeur de la mort et du danger permanent. Un jour, ma mère a dit qu’il fallait partir. On a traversé des forêts… mon père, ma mère enceinte et nous, les jeunes enfants. C’était l’hiver, on entendait les loups.

La première fois que j’ai eu l’impression d’être en sécurité, c’est quand on est arrivé dans un centre pour réfugiés. Mon père nous a serrés dans ses bras et nous a dit : « Le temps de la guerre est révolu et nous sommes désormais en sécurité ». Nous avons tous pleuré.

Vienne est ma patrie, ma nouvelle patrie. Et c’était comme une évidence pour moi, avant. Mais quelque chose a changé ces dernières années. J‘ai l‘impression que les gens prennent peur quand je leur raconte d‘où vient ma famille et quelle est ma religion. D‘autres me regardent de haut. C‘est un peu comme si je vivais dans deux mondes parallèles.

Je suis musulman et croyant. Comme la plupart des gens dans mon ancien pays. C‘est différent en Autriche. Quand je dis que je suis musulman, certains pensent que je suis « salafiste ». Ou pire encore « terroriste ». J‘entends également souvent dire que ma religion est violente ou trop extrême. Que les femmes y sont opprimées et que l’islam autoriserait à tuer les mécréants.

Je ne crois en rien de tout ça. Je ne pense pas que l‘islam vienne de l‘épée, mais bien de l‘amour et de la miséricorde.

« Et lorsque viennent vers toi ceux qui croient aux signes de notre religion, dis-leur : « Que la paix soit sur vous ! Votre Seigneur s’est prescrit à lui-même la miséricorde. Et quiconque d’entre vous a fait du mal par ignorance, mais s’est ensuite repenti et a réparé ce mal, il est alors clément et miséricordieux » (6, al-ma’ida, 54).

Les journaux gratuits du métro ne rapportent que des mauvaises choses sur les musulmans. Ça me fait parfois de la peine. Et ça provoque parfois chez moi de la colère et parfois encore de la paranoïa. Quand on lit ça, on se dit que le monde est soit tout noir, soit tout blanc, et qu‘on n‘est pas le bienvenu dans ce nouveau pays.

Il y a plein de gens qui ne savent pas grand-chose de l‘islam et il y a plein de gens qui ont tout simplement peur de ce qu‘ils ne connaissent pas. Evidemment qu‘il y a aussi des racistes et des gens qui haïssent les musulmans, comme ceux du mouvement Pegida. Mais à mon avis, il faut y regarder de plus près, parce que le monde n‘est ni tout blanc, ni tout noir.

Qui sont les gens qui manifestent contre le mouvement Pegida ? Qui sont ceux qui viennent en aide aux réfugiés arrivés en Autriche et venant de pays musulmans ? Ce sont des gens que les prédicateurs de Daech qualifieraient de kouffars.

Quand une mosquée a brûlé en janvier dernier au Texas, la communauté juive de la ville a donné la clef de sa synagogue aux musulmans pour qu‘ils puissent y prier en attendant la réparation de leur mosquée. Et, dès le lendemain, des milliers d‘Américains ont envoyé 800 000 dollars pour la reconstruction de la mosquée.

Mes frères et sœurs, quand les gens – qu‘ils soient ignorants ou racistes, ou que ce soient des adolescents qui prétendent faire le da’wa ou encore des gens prétendant pratiquer le takfir – vous disent que l‘islam est violent par essence et qu‘il appelle à tuer : ne vous laissez pas entraîner sur ce chemin et opposez leur la miséricorde. Servez d’exemple pour vos frères et sœurs plus jeunes, dont l‘imam ou la croyance ne sont pas encore assez forts [pour les protéger].

Pensez à Rustam Daudov et Movsar Dzhamayev, deux jeunes Norvégiens d‘origine tchétchène. Quand le militant d‘extrême droite Anders Breivik a tué 77 personnes à l’été 2011 lors d‘un attentat contre un camp de vacances de l‘île d‘Utoya, les deux jeunes ont d’abord essayé de lui jeter des pierres à la tête et de l‘assommer. Voyant qu‘ils n‘y arrivaient pas, ils sont venus en aide à 23 enfants qui menaçaient de se noyer dans l‘eau glaciale, en fuyant. Ils ont sauvé des gens. Et je n‘ai jamais lu ce genre de choses dans les journaux du métro. Pourquoi ?

Je crois qu‘il y a de tout dans toutes les communautés humaines. On ne peut pas dire de « ceux-là » qu’ils sont tous comme ça. Et je crois que Dieu est avec ceux qui font du bien, peu importe qui ils sont et en quoi ils croient.

« A chacun de vous, nous avons assigné une tradition et un plan à suivre. Si Allah l’avait voulu, Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il vous a divisés en plusieurs communautés et Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres (5, al-ma’ida, 48).

Mon ancien pays sera à tout jamais dans mon cœur, mais il y a assez de place pour plusieurs pays dans mon cœur. Je veux créer un monde dans lequel ce que j‘ai vu dans mon ancien pays, ne sera plus possible. Inch’Allah – je me battrai pour ça – ici, dans mon nouveau pays !

Ceci est mon chemin !

As-salamu alaykum

Jamal al-Khatib”

 

*****************************************************************

 

Troisième vidéo de « Jamal al-Khatib » Jihad an-Nafs

« Je suis Jamal al-Khatib. Il y a des moments de la vie où le sentiment de colère et d’impuissance devient tellement grand qu‘on soit se lever et combattre.

Je connais quelques personnes qui sont parties en Syrie et je voulais y partir, moi aussi, pour combattre Assad, le Tâghût et les tyrans.

Avec mes amis, on regardait tous les jours des vidéos sur la Syrie. On a vu comment Bachar-el-Assad a torturé et assassiné son peuple, mes frères et mes sœurs. Tout comme mes proches qui avaient eux aussi péri dans une guerre. Je me suis dit : comment puis-je me dire musulman et rester ici pendant que mes frères et mes sœurs meurent là-bas ? Je me sentais obligé d‘aller aider ces gens.

Après la Khutba, la prière du vendredi, j‘ai parlé avec un syrien âgé. Je lui ai dit vouloir partir faire le djihad en Syrie. Il m‘a répondu « Si tu veux faire le djihad, fais le Jihad an-Nafs et bats-toi contre toi-même. Parce que le courage de prendre les armes et de tuer des gens, les Tâghût l‘ont aussi. Si tu veux te différencier d‘eux, distingue-toi en faisant le bien. Parce que si les hommes répondent à la guerre par la guerre, la paix ne viendra jamais. »

Dis ainsi, je pouvais moi aussi devenir djihadiste, parce que le djihad c‘est l‘effort accompli pour devenir un meilleur Homme. Il n‘y a qu‘un seul ennemi et cet ennemi, c‘est toi-même. L‘envoyé de Dieu, que la paix soit avec lui, a dit : « Le mudjahid est celui qui est en jihad contre lui-même afin d ‘obéir à Allah par amour. » (Sahih Ibn Hibban Nr. 4862).

Par exemple, quand ta mère te demande si tu peux garder ton petit frère, pendant qu‘elle va travailler, mais que tes amis te proposent de les accompagner au bar à chicha, tu sais très bien ce que tu devrais faire. Mais est-ce que tu le fais vraiment ? Quand tu es face à deux chemins, l‘un goudronné, l‘autre semé de pierres et d‘obstacles, c‘est le deuxième chemin qui représente l‘effort sur soi-même. C‘est le Jihad an-Nafs, le grand Jihad. Celui qui permet de devenir un meilleur Homme.

C‘est comme l‘histoire d‘Abdul Hussain Sardari. Il était consul de l‘Iran à Paris quand les nazis sont entrés dans la ville. Les nazis ont développé leur théorie des aryens (les purs) et des non-aryens (les impurs). Partout où les nazis allaient, des hommes étaient assassinés et persécutés. Sardari, lui, ne craignaient rien, car les Iraniens étaient considérés comme des aryens par les nazis. Sardari a décidé d‘agir et a profité de cette chance pour sauver des vies humaines. Il a volé et falsifié des passeports iraniens, avant tout pour aider les juifs à fuir. Et même quand son propre gouvernement lui a demandé cesser de le faire, il a continué à prendre des risques et à mener son action. Il a désobéi et a choisi de prendre le chemin difficile et de sauver des vies.

Il est possible que vous me considériez comme un Munafiq ou un traître… C‘est toujours comme ça quand on choisit de ne pas penser comme la majorité, on se fait des ennemis. Vous pouvez me traiter d‘apostat, mais je ne supporte plus de voir comment mes amis partent pour la Syrie et y meurent, tout en pensant être dans la vérité, dans le haqq, et de faire le bien.

Si votre but est de sauver des gens, alors vous le ferez bien mieux en Autriche. Ne vous laissez pas retourner le cerveau, on vit ici en sécurité, on a du temps et de l‘argent… Il n‘y a pas tout cela en Syrie. Il faut profiter de cette chance, tout comme Abdul Hussain Sardari. Rahimahullah. Faites des collectes d‘argent pour les autres, envoyez-leur des paquets, participez aux manifestations de soutien et aidez les gens qui sont, ici aussi, dans le besoin. Battez-vous avec vous-même et faites le bien.

« Quiconque tuera une personne aura tué toute l’humanité. Et quiconque sauvera une seule vie, aura sauvé toute l’humanité. » (5, al-ma’ida, 32).

Frères et soeurs, ceci est mon chemin.

As-ssalamu Alaykum

Jamal al-Khatib »

 

*****************************************************************

Troisième vidéo de « Jamal al-Khatib » – Mon frère

« Salam aleykum, mes frères et sœurs,

Je veux vous raconter l‘histoire de mon meilleur ami. On était comme des frères, on était des frères de religion de toute façon, et on faisait tout ensemble. On était tout le temps dehors, on s‘entraînait, on allait à la mosquée ou on se voyait dans la rue. Déjà enfants, on admirait les plus grands du quartier et on voulait devenir comme eux. Et puis, on a monté notre propre bande. On se voyait toujours au même endroit, dans notre secteur. On était de plus en plus nombreux et on a commencé à faire de la merde, des bastons, des trucs comme ça. C‘était cool, on se sentait fort et puissant et les autres avaient peur de nous. On ne se laissait jamais faire, surtout pas dans notre quartier.

Certains de la bande étaient en taule, d‘autres avaient un casier. Presque aucun d‘entre nous n‘avait un boulot ou un vrai objectif dans sa vie. Nos parents nous prenaient la tête là-dessus. Et un jour, mes potes et à moi, on a trouvé trop minable. On s‘est tourné vers l‘islam et on s‘est intéressé aux musulmans qui souffrent, comme ceux qui sont en Syrie. C‘est un devoir pour les musulmans d‘aider les autres. C‘était une certitude.

Certains de nos amis ont réfléchi à partir en Syrie et à aller y combattre ! On en a beaucoup parlé. « Si on y va, on y va tous ensemble », c‘est-ce qu‘on s‘est dit, le plus souvent en plaisantant. Un jour, on a rencontré un homme dont on savait qu‘il envoyait des gens en Syrie. Il m‘a demandé pourquoi je n‘y allait pas.

Un mois plus tard, mon ami m‘a dit « Je veux y aller ». Et il m‘a expliqué pourquoi : sa famille avait prévu de l‘envoyer chez un oncle, dans une ferme. Quitte à partir, il préférait partir de lui-même.

On a revu cet homme et ses amis. Il nous a dit qu‘on aurait besoin d‘argent pour passer inaperçu. Du coup, on a fait des braquages. Quelque part, c‘était agréable cette adrénaline, c‘était un peu comme dans un film. Je me suis demandé si c‘était bien, tout ça. Certains m‘ont dit que c‘était la Ghanîma, un butin, et qu‘on était en terre de guerre et que c‘était donc permis. On n‘a pas gagné beaucoup d‘argent. Ils ont convaincu mon ami de prendre des contrats de téléphones portables et de les revendre pour se faire des thunes. Ils lui ont dit : « Quand tu seras Chahid, tes contrats s‘annuleront d‘eux-mêmes ».

Mon pote m’a dit : « Promets-moi mon frère, wallah, que même si on te torture ou qu’on te frappe, de ne jamais dire à personne que je veux partir en Syrie. Et surtout pas à ma mère. » J‘ai essayé de l‘en dissuader. J‘avais des doutes. J‘essayais de gagner du temps, tout allait trop vite. Sa décision était prise, il voulait combattre, être un homme, être un Chahid. Atteindre la gloire et l‘izza. Je n‘ai pas pu le retenir, il est parti.

Sa mère m‘a appelé et m‘a demandé où était son fils. Je n‘avais pas le droit de lui dire, j‘ai menti. J‘avais honte. J‘ai voulu le rejoindre, mais j‘ai été incarcéré. En prison, j‘ai appris la mort de mon ami, tué par une bombe. Ma colère était immense, contre les hommes qui l‘ont aidé à partir et contre nos parents qui n‘ont fait que nous punir, sans jamais vraiment parler avec nous. Et en colère contre moi qui n‘ai pas réussi à le retenir.

Quand j‘ai été libéré, j‘ai rendu visite à sa mère. J‘avais honte devant elle. Il ne lui restait rien de son fils ! Elle n‘a pas pu lui dire adieu et elle n‘a pas de tombe où se recueillir. Tout ce qui lui reste, ce sont quelques photos et les dettes accumulées par les contrats de téléphones. Pas de gloire, pas de ‘izza, pas de bushra ! Et je vous jure que ça m‘a rendu fou.

C‘est pas facile de se dire que son meilleur ami est lié à de mauvaises actions qui sont commises en Syrie. Mais là-bas, il se passe de mauvaises choses, qu‘importe qui les commet. Donne du pouvoir aux gens et tu verras quel est leur vrai visage. Dès qu‘ils ont une arme à la main et qu‘ils pensent être devenu quelqu‘un, la religion ne joue plus aucun rôle là-dedans.

Est-ce que vous pensez vraiment que Mahomet, que la paix soit avec lui, ou les Sahaba, ses compagnons, auraient posé dans des vidéos de youtube en décapitant des gens ? Est-ce que vous pensez vraiment que Mahomet, que la paix soit avec lui, ou les Sahaba, ses compagnons, auraient commis des attentats-suicide tuant des civils, des femmes et des enfants ?

Si cette question vous intéresse, parlez-en avec les personnes qui s‘intéressent depuis longtemps à ce sujet, qui connaissent le Coran en entier et pas seulement les versets qui parlent du jihad ! Penchez-vous sur l‘histoire des musulmans, sur les sources et sur la vie du prophète. Parlez aux gens qui vous veulent du bien, peu importe leurs croyances ou même qu’ils ne croient pas ! Dieu a dit : « Nous avons envoyé, avant toi, des hommes auxquels Nous avons fait des révélations. Demandez donc aux gens du rappel, si vous ne savez pas. » (16. An-nahl, 43.)

Chacun doit trouver son propre chemin vers Dieu, décider par lui-même de ce qui juste et de ce qui ne l‘est pas. Il ne doit pas se laisser influencer par les autres. Et surtout posez-vous des questions, questionnez-vous sur vous-mêmes et sur votre chemin. On doit pouvoir parler librement entre amis. Mais ça n‘est pas toujours facile de dire aux autres qu‘on ne va pas bien. Mon frère – rahimahullah – avait peut-être peur d‘être envoyé loin d‘ici et d‘être rejeté de ses parents. C‘est pour ça qu‘il est parti. Je n’en suis pas certain, parce qu‘il ne m‘a rien dit et que je ne lui ai pas posé la question. C‘est ça le vrai problème.

« En vérité, Allah ne modifie pas l’état des Hommes, tant que les individus ne modifient pas d‘eux-mêmes ce qui est en eux. » (13. Al-Ra’d, 11.).

Je me suis promis de poser, à l‘avenir, ces questions à mes amis. Mon frère, tu vivras à tout jamais dans mon cœur.

 

Ceci est mon chemin.

Jamal al-Khatib »

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.