Conf * Photographie et Surveillance * 11 mars 2021 * En ligne

L’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) organise la dernière séance (en ligne) du séminaire “Photographie et Surveillance” le jeudi 11 mars à 18h autour d’Anne Zeitz qui interviendra sur “De Le géant à Can You Hear Me?, quelques aspects de l’évolution de la surveillance à travers des approches et stratégies artistiques contemporaines“.


Présentation :

En 1983, Michael Klier réalise Le géant, un film entièrement constitué d’images issues d’enregistrement de caméras de surveillance. En 2014, le duo d’artistes Wachter & Jud met en œuvre Can You Hear Me?, un dispositif installé sur l’Académie des arts de Berlin et permettant d’envoyer des messages sur les fréquences utilisées à des fins de renseignement par le GCHQ et le NSA depuis les ambassades aux alentours. Deux œuvres séparées par une quarantaine d’années, années pendant lesquelles de nombreuses artistes et réalisateurs ont abordé des questions liées à la surveillance sociétale, notamment dans l’espace public, qui a connu un essor considérable, que ce soit à travers des pratiques photographiques, filmiques, textuelles ou installatives. Cette intervention présentera un ensemble de ces pratiques – avec une focalisation sur des approches photographiques –, des stratégies consistant à documenter, indiquer, se cacher, détourner et contre-observer certaines instances de surveillance et de sécurité. Des caméras de surveillance aux mécanismes plus fins de la sousveillance ou de la dataveillance, de la dimension visuelle à celle auditive, il sera question de la manière dont les évolutions de la surveillance contemporaine se reflètent à travers des pratiques artistiques et projets d’expositions comme “Ctrl [Space], Rhetorics of Surveillance from Bentham to Big Brother” (2002), “Exposed Voyeurism”, “Surveillance and the Camera” (2010) et “Watched! Surveillance, Art & Photography” (2017).

Anne Zeitz est maître de conférences à l’Université Rennes 2, membre de PTAC et membre associé de TEAMeD Université Paris 8. Ses recherches interrogent des formes d’attention et d’écoute dans l’art contemporain, en lien avec des questions socio-politiques. Autour de la surveillance, elle a publié les articles « Réflexions sur les temporalités de la surveillance » (Les Actes de l’ObsIn #4, 2015) et « Visualités, virtualités et trauma » (Multitudes #63, 2016). En 2019, elle a dirigé le projet de recherche Sound Unheardet co-organisé l’exposition éponyme, ainsi que l’exposition “Échos magnétiques” et elle dirige actuellement le projet de recherche et d’exposition Polyphone. 

Toutes les informations sont aussi sur la page Facebook de l’ARIP.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.