Synthèse * Islamo-gauchisme * 2002-2021

Définitions & prises de position dans le cadre du débat sur l’« islamo-gauchisme » à l’université. Classement anté-chronologique par type de positionnement (pour ou contre) et par statut (chercheur, institution, etc.).


Définitions de l’islamo-gauchisme : « Apparu dans les années 2000, le terme, qui évoquait une convergence entre islamistes et extrême gauche, symbolise aujourd’hui une ligne de fracture politique sur les causes du djihadisme. Il trouve ses racines dans le débat sur la défense des travailleurs immigrés prônée par la gauche à partir de Mai 68. (…) C’est le sociologue Pierre-André Taguieff qui, le premier, aurait utilisé le terme en 2002, dans La Nouvelle Judéophobie (Mille et une nuits, 2002). Celui-ci a alors, selon l’auteur, une valeur descriptive, et désigne une convergence entre intégristes musulmans et groupes d’extrême gauche, à la faveur d’ennemis communs. (…) Après avoir analysé 2 500 articles publiés depuis 2002, la Revue des médias de l’INA a montré, en décembre, que l’expression ‘islamo-gauchisme’ avait ‘revêtu plusieurs sens avant de se stabiliser’. »

Source : Valentine Faure, « ‘Islamo-gauchisme’ : histoire tortueuse d’une expression devenue une invective« , Le Monde, 11 décembre 2020. Lire également la tribune de Pierre-André Taguieff, « Aux sources de l’ ‘islamo-gauchisme‘ » (Libération, 26 octobre 2020) dans laquelle il définit le concept comme étant « une alliance militante de fait entre des milieux islamistes et des milieux d’extrême gauche, au nom de la cause palestinienne, érigée en nouvelle cause universelle » sur la base d’une enquête située, menée en 2000-2002.


Articles de synthèse :


Pour ou contre – Prises de position gouvernementales, parlementaires et du monde politique sur la diffusion de « l’islamo-gauchisme » dans les universités :

  • 2 mars 2021 * Jean-Pierre Chevènement, « L’expression ‘islamo-gauchisme’ brouille les idées« , L’Opinion.
  • 24 février 2021 * Jim Jarrassé, « Islamo-gauchisme : une large majorité de Français soutient Frédérique Vidal », Le Figaro, 24 février 2021. Extrait : « Deux tiers des Français approuvent les propos de la ministre de l’Enseignement supérieur, selon une enquête Odoxa-Blackbone Consulting réalisée pour Le Figaro et Franceinfo. (…) Ce soutien se retrouve essentiellement à droite et au centre de l’échiquier: les sympathisants LREM (79 %), LR (85 %) et RN (79 %) jugent ses propos justifiés. La gauche, en revanche, est fracturée : si 60 % des sympathisants PS soutiennent la ministre, ils sont en revanche minoritaires chez EELV et LFI (47 %). (…) Les Français sont en revanche majoritaires à estimer que les motivations de l’exécutif sur ce dossier sont avant tout électoralistes. (…) Les Français sondés par Odoxa tiennent aussi à l’indépendance de la recherche. »
  • 23 février 2021 * Collectif, « ‘Islamo-gauchisme’ : ‘Au secours, le clivage droite-gauche revient !‘ » Le Monde, 23 février 2021. Chapô : « Dans une tribune au ‘Monde‘, un collectif de députés LRM et de ministres proches d’Emmanuel Macron, dont Cédric O, Stanislas Guerini, Elisabeth Moreno et Stéphane Sejourné, refuse le débat entre ‘contempteurs de l’islamo-gauchisme’ et ‘défenseurs de l’intersectionnalité' ».
  • 22 février 2021 * Dinah Cohen, vidéo du député LREM Saïd Ahamada : « Islamo-gauchisme: ‘Faire confiance aux universitaires’« , Le Figaro, 22 février 2021.
  • 21 février 2021 * Propos de Gérald Darmanin : « Ce serait vraiment ne pas regarder la vérité en face que de ne pas voir que l’université, les services publics, des associations sont touchés par l’islamisme aidé parfois par les gauchistes ». AFP, « ‘Islamo-gauchisme’: Gérald Darmanin apporte son soutien à Frédérique Vidal’, Le Figaro, 21 février 2021.
  • 20 février 2021 * Propos de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : « Bien sûr, l’islamo-gauchisme n’a pas de définition scientifique, mais il correspond à un ressenti de nos concitoyens, d’abord, et à un certain nombre de faits, aussi : l’empêchement, dans certains établissements, d’une représentation des Suppliantes d’Eschyle ou de la lecture d’un texte de Charb, des enseignants qui ne se sentent pas libres d’enseigner comme ils le souhaitent. Ce sont des attaques contre la liberté académique et la liberté d’expression en général. On ne peut pas laisser passer ça, même si c’est très minoritaire. » Pascal Ceaux, « Vidal persiste sur l’islamo-gauchisme : ‘Je veux une approche rationnelle et scientifique du sujet‘. », Journal du dimanche, 20 février 2021.
  • 20 février 2021 * Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, déclare « Je […] vois [l’islamo-gauchisme] comme un fait social indubitable. (…) L’islamo-gauchisme (…), c’est un mot qui n’a pas forcément un contenu scientifique, [mais] décrit une réalité politique. », BFMTV, 20 février 2021. Il cite deux exemples pour étayer son propos : A/ Les ateliers non-mixtes organisés par le syndicat Sud Education 93 en 2017 ; B/ L’interruption d’une représentation du poète antique Eschyle par des « activistes » en 2019 à la Sorbonne. Lire à ce sujet AFP, « Pour Jean-Michel Blanquer, l’’islamo-gauchisme’ est un ‘fait social indubitable’ », France Info, 20 février 2021.
  • 17 février 2021 * « Condamnant une ‘accusation extrêmement grave’ de Frédérique Vidal, Olivier Faure [député socialiste de la 11e circonscription de Seine-et-Marne] a dénoncé mercredi, sur CNews‘un terme inventé par l’extrême droite‘. ‘Je ne sais pas ce que veut dire ‘islamo-gauchisme’ (…), qui laisse penser qu’il y a une partie du monde académique qui pourrait avoir un lien avec l’islamisme radical’, a indiqué le premier secrétaire du PS, en écho aux ‘représentations caricaturales‘ et ‘arguties de café du commerce’ de la ministre dénoncées mardi par la Conférence des présidents d’université. » (…) « En forme de mise au point, la réplique de Manuel Valls s’est révélée sèche. ‘C’est pourtant assez simple», a écrit l’ex-premier ministre jeudi sur Twitter. L’ ‘islamo-gauchisme’, ‘c’est l’alliance directe ou indirecte entre une partie de la gauche (politique, syndicale, médiatique, intellectuelle…) et l’islam politique ou l’islamisme‘. » Rédaction, « ‘Islamo-gauchisme’ : Valls répond sèchement à Faure, qui ‘ne sait pas ce que veut dire’ ce terme« , Le Figaro, 18 février 2021.
  • 15 février 2021 * Propos tenus par Frédérique Vidal à l’Assemblée nationale : « J’ai été interrogée sur ce que l’on voit apparaître dans les universités à savoir des universitaires qui se disent eux même empêchés par d’autres de mener leur recherches, leurs études. (…) Je vais demander à ce que l’on fasse un bilan des recherches qui se déroulent dans notre pays que ce soit les recherches sur le postcolonialisme… ». « Enseignement supérieur : on vous explique la polémique sur l’enquête visant l »islamo-gauchisme’ réclamée par le gouvernement« , France info, 17 février 2021.
  • 14 février 2021 * Propos de Frédérique Vidal, « Je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’Université n’est pas imperméable, elle fait partie de la société. (…) [Quelles idées ?] Ce qu’on observe, c’est qu’effectivement il y a des gens qui peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont pour porter des idées radicales ou des idées militantes. », Cnews, 16 février 2021. Marie Zafimehy, « ‘Islamo-gauchisme’ à l’université : 5 questions sur l’enquête demandée par Vidal« , RTL, 18 février 2021. Lire le verbatim de l’interview.
  • 3 février 2021 * Assemblée nationale * Extrait de la proposition de résolution nº 3828 invitant le Gouvernement à remettre un rapport au Parlement sur la radicalisation dans l’enseignement supérieur, portée par 43 députés : « (…) Des dérives idéologiques inquiètent de nombreux étudiants et enseignants. Plusieurs établissements universitaires ou de grandes écoles connaissent, ces derniers temps, une montée, visible et semble‑t‑il, croissante des pensées radicalistes, décolonialistes et indigénistes, une percée de courants mettant en avant l’intersectionnalité raciale. L’ensemble s’ajoute aux courants islamo‑gauchistes puissants, déjà bien présents et devenus quasi ‘traditionnels' ».
  • 7 décembre 2020 * Tribune de Julien Aubert et Robin Reda (députés LR), « ‘Nous appelons à la résistance contre une culture de la déconstruction identitaire’.« , L’Opinion, 7 décembre 2020.
  • 23 octobre 2020 * Soazig Le Nevé, « Polémique après les propos de Jean-Michel Blanquer sur ‘l’islamo-gauchisme’ à l’université », Le Monde, 23 octobre 2020. « Jean-Michel Blanquer, a qualifié les universités de lieux où sévirait ‘l’islamo-gauchisme’ » et dénonce principalement le syndicat étudiant UNEF et le parti politique La France Insoumise.
  • 22 octobre 2020 * « Blanquer : ‘Il y a des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur‘ », Public Sénat, 22 octobre 2020. Extrait : « Il y a des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commentent des dégâts sur les esprits. Et cela conduit à certains problèmes, que vous êtes en train de constater. »
  • 2 octobre 2020 * Au sujet du discours du Président Emmanuel Macron : « Ce jour-là, le président français avait mis en garde les universités contre ‘certaines théories en sciences sociales totalement importées des États-Unis d’Amérique’. L’Hexagone, affirme le New York Times [9 février 2021], se sentirait menacé par ‘les idées progressistes américaines – notamment sur la race, le genre, le post-colonialisme’. Certains ‘politiciens, d’éminents intellectuels et nombre de journalistes français’ craignent qu’elles soient ‘en train de saper leur société’. Il y a eu les déclarations de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, qui avait parlé d’un “combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines”, et aussi le livre de deux éminents spécialistes des sciences sociales françaises, Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, critiquant le principe d’études raciales. » Extrait de « La France contaminée par les idées venues des campus américains« , Le courrier international, 13 février 2021. Lire également, Académia, « Mais qui souffle aux oreilles de MM. Macron et Blanquer ?« , 27 octobre 2021.
  • 7 juillet 2020 * Extrait du rapport de la commission d’enquête du Sénat « Radicalisation islamiste : faire face et lutter ensemble » (tome I), dirigé par Jacqueline Eustache-Brinio au nom de la commission d’enquête. Partie II, 1-C « La liberté des universités à l’aune du prosélytisme et du séparatisme communautaire » : « Interrogé sur l’existence d’un problème spécifique dans les universités, M. Gilles Roussel, président de la conférence des présidents d’université (CPU) estime qu’il n’y a pas de particularité des universités à cet égard : ‘Certes, il n’y a pas de raisons pour que celles-ci soient épargnées, mais, de notre point de vue, elles ne sont pas des lieux spécifiques de radicalisation et de séparatisme communautaire. […] Nous sommes dans la société, donc nous sommes touchés, mais, je le répète, sans spécificité’. Cette déclaration est toutefois en contradiction avec le retour d’expérience de M. Youssef Chieb : ‘En tant qu’universitaire à Paris 13, où j’enseigne, tous les vendredis je ne sais pas si je suis dans une université ou dans une mosquée. Les jeunes filles portent de manière ostentatoire non seulement le voile islamique, mais carrément le hijab et le niqab. Et personne ne peut changer cette réalité alors qu’elle devient de plus en plus visible.’ Certes, l’université bénéficie d’une liberté d’expression constitutionnellement garantie. Toutefois, la commission d’enquête constate que sous couvert de celle-ci, des groupes aux discours islamistes, indigénistes, racialistes ou communautaristes en profitent pour remettre en cause les valeurs de la République, et nier une réalité pourtant bien ancrée dans certains territoires. (…) Lors de son audition, M. Jean-Michel Blanquer a tenu des propos très fort contre l’instrumentalisation de la liberté d’expression à l’université :‘Je suis attentif au phénomène de la perméabilité du monde de l’université à des théories aux antipodes de la laïcité. Les théories indigénistes, qui essaient de saper les principes républicains, sont même beaucoup plus diffusées dans des sphères intellectuelles que non intellectuelles. On les a laissées croître pendant une dizaine d’années, touchant des générations entières d’étudiants : il y a des personnes qui ont consacré leur vie professionnelle entière à ces idéologies antirépublicaines. C’est ainsi qu’on voit des jeunes se mobiliser de façon tout à fait légitime contre le racisme, mais qui pourraient malheureusement être récupérés par le racialisme’. (…) Traditionnellement, la liberté d’expression s’exprime à l’université dans un cadre beaucoup plus souple que dans l’éducation nationale. Il en est de même pour la liberté d’expression religieuse. Ainsi, l’interdiction du port de signes ou tenues religieux ostensibles n’est pas interdite dans l’enseignement supérieur – à la différence du premier et second degré. De même, rien n’interdit à des étudiants de créer des associations religieuses liées à une croyance religieuse particulière. Toutefois, comme l’ont rappelé à la commission d’enquête tant le président de la conférence des présidents d’université que le secrétariat général de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, les locaux des universités ne peuvent servir pour l’organisation de pratiques religieuses. » Lire à ce sujet le guide « La laïcité dans l’enseignement supérieur » (septembre 2015).

Prises de position des instances, laboratoires & syndicats universitaires contre la dénonciation d’un « islamo-gauchisme » à l’université – Liste établie par le carnet de veille et d’analyse Academia

  • Fin avril 2021 * Rapport transmis par le chercheur Michel Wieviorka à la Ministre Frédérique Vidal sur l' »Islamo-gauchisme« , dans lequel il en appelle à ne pas confondre « débat scientifique et débat public ». Voir également la vidéo accompagnant ce texte.
  • 5 mars 2021 * « Nous sommes l’Université », motion de la section 22 (Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain ; de l’art ; de la musique) du Conseil national des universités (CNU).
  • 23 février 2021 * Communiqué de presse du Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS-FSU).
  • 18 février 2021 * Communiqué de l’alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales (Athéna).
  • 18 février 2021 * Recommandation du Conseil Scientifique de l’Institut des Sciences Humains et Sociales (INSHS) du CNRS, adoptée à l’unanimité le 18 février 2021, sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université.
  • 18 février 2021 * Communiqué de l’Association Nationale des Candidat·e·s aux Métiers de la Science Politique (ANCMSP) « Respecter les principes fondamentaux de la production de la recherche scientifique« .
  • 18 février 2021 * Communiqué de l’Alternative ESR.
  • 18 février 2021 * « Tirer les conséquences« , communiqué du Lest (AMU-CNRS).
  • 17 février 2021 * Communiqué de la CP-CNU « Non à la chasse aux sorcières !« .
  • 17 février 2021 * Communiqué du LDH EHESS « Diffamation à l’encontre d’une profession toute entière ? La Ministre doit partir« .
  • 17 février 2021 * Communiqué du CNRS « L’’islamogauchisme’ n’est pas une réalité scientifique ».
  • 17 février 2021 * « Vidal au stade critique« . Communiqué de Sauvons l’université !.
  • 17 février 2021 * Communiqué des Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS-FSU) & Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESUP-FSU).
  • 17 février 2021 * Communiqué des SNCS-SNESUP « Nouvelle atteinte aux libertés académiques ».
  • 16 février 2021 * Communiqué de la Conférence des présidents d’université (CPU) « ‘Islamo-gauchisme’ : stopper la confusion et les polémiques stériles ». Extrait : « La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’’islamo-gauchisme’ à l’université. ‘L’islamo-gauchisme’ n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités. (…) La CPU appelle à élever le débat. Si le gouvernement a besoin d’analyses, de contradictions, de discours scientifiques étayés pour l’aider à sortir des représentations caricaturales et des arguties de café du commerce, les universités se tiennent à sa disposition. »
  • 23 octobre 2020 * Communiqué de la Conférence des présidents d’université (CPU) (extrait : « Non, les universités ne sont pas des lieux où se construirait une ‘idéologie’ qui mène au pire. Non, les universités ne sont pas des lieux d’expression ou d’encouragement du fanatisme. Non, les universités ne sauraient être tenues pour complices du terrorisme ». Lire à ce sujet l’article analysant cette position : Soazig Le Nevé, « Polémique après les propos de Jean-Michel Blanquer sur ‘l’islamo-gauchisme’ à l’université », L’Express, 23 octobre 2020.
  • La page « Academia – Information sur l’emploi dans l’ESR » a recensé les communiqués de presse d’organisations syndicales et instances universitaires sur le sujet et ici : CGT-FERC-SUP, FO-ESR, SNESUP-FSU + SNCS-FSU, Sgen-CFDT : SNPTES, SNTRS-CGT, Sud Éducation, Sup-Recherche UNSA.

Mesures de protection & procédures judiciaires


Prises de position de chercheurs & personnalités publiques constatant la prégnance de l’islamo-gauchisme à l’université :


Quelques prises de position de chercheurs et/ou universitaires contestant le concept d’islamo-gauchisme ou sa prégnance à l’université – Liste enrichie à partir du carnet de veille et d’analyse Academia


Tribunes collectives, appels, pétitions & observatoires d’universitaires et de personnalités publiques :


Quelques articles de presse ou émissions de radio sur le sujet :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.