Rapport * Attentat de Vienne * 22 dec 2020

Mise en ligne du rapport intermédiaire de la commission d’enquête indépendante sur l’attentat de Vienne (Autriche) du 2 novembre 2020. La commission a été mise en place le 26 novembre 2020 par les ministères de l’intérieur et de la justice (BMI & BMJ). Elle est composée de chercheurs et de praticiens. Dans ce rapport intermédiaire daté du 22 décembre 2020, la commission décrit :


  • La méthodologie de leur travail d’enquête.
  • La chronologie de l’attentat revient sur la trajectoire de l’assaillant dont : les difficultés familiales (supposément) à l’origine de sa volonté de départ vers des zones de combat, ses tentatives de départ vers l’Afghanistan puis la Syrie, ses incarcérations en Turquie puis en Autriche, son inscription sur la liste des combattants terroristes étrangers (FTF), sa prise en charge en détention, sa pratique sportive intense en détention.
  • Son suivi par deux associations de prise en charge (NEUSTART & DERAD) avant et après la sortie de détention (en libération conditionnelle, 13 décembre 2019) est évoquée :
  1. Triple évaluation de l’individu au moyen de : VERA-2 ; d’une grille de facteurs de risque versus protection ; d’une grille d’indices comportementaux. Une évaluation plus tardive sera effectuée par les services de l’Etat au moyen de l’outil RADAR-ITE).
  2. Prise en charge socio-économique de l’individu, de sa radicalisation et mobilisation d’un médiateur du fait religieux. L’individu a suivi les 23 rendez-vous de prise en charge en présentiel, ainsi que les échanges par téléphone et messages.
  3. Parmi les facteurs de risque identifiés : délit passé, fréquentations, oisiveté et absence de structure dans le quotidien. Parmi les facteurs de protection identifiés : logement, suivi associatif (DERAD) et suivi de probation (NEUSTART).
  4. Profil de l’individu : personnalité sympathique, naïve et retenue ; lecture simpliste et duale de la religion ; incapacité à prendre en compte l’ambiguïté et la contradiction ; connaissance rudimentaire et superficielle de l’islam ; adhésion au salafisme.
  5. Évolution comportementale de l’individu à partir de juin 2020 : pratique intense du sport et absorption d’anabolisants, port de la barbe et d’un accoutrement salafiste.

Le rapport décrit également :

  • Les informations obtenues par des agents (dont étrangers : allemands, slovaques, etc.) sur l’individu.
  • L’observation (non sonorisée) par les services de renseignement autrichiens de la réunion d’une cellule terroriste “islamiste” internationale sur le territoire autrichien à laquelle l’assaillant participe en juillet 2020.
  • La tentative d’achat de munitions par l’assaillant en Slovaquie.
  • Le manque de coopération de l’assaillant avec le Landesamt für Verfassungsschutz und Terrorismusbekämpfung (LVT / renseignement & anti-terrorisme) et le délai d’évaluation de l’individu par cette instance (9 à 10 mois).
  • Les erreurs d’appréciation et d’action des institutions régaliennes (pas d’interdiction de port d’arme, mauvaise communication entre services, minimisation de la réunion de juillet 2020, mauvaise estimation du risque partiellement due à une mauvaise utilisation de l’outil RADAR-ITE, absence de réaction suite à l’évaluation [haute] du risque le 7 octobre 2020, etc.). L’absence de communication des services de sécurité sur la dangerosité de l’individu avec les associations de prise en charge et avec le procureur général est également soulignée dans le rapport.

L’AFP a également publié une synthèse du rapport : AFP, “Attentat de Vienne : un rapport réclame une réforme du renseignement”, 10 février 2021.


Pour aller plus loin : ressources sur la radicalisation et sa prévention en Autriche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.