Podcast * Ultradroite : plongée dans une mouvance explosive * 12 jan 2021

L’équipe de Code Source (podcasts du quotidien Le Parisien) propose une émission sur “Ultradroite : plongée dans une mouvance explosive“. Le podcast est en ligne depuis le 12 janvier 2021 et sur Apple Podcast, Google Podcast, Podcast Addict ou Castbox, Deezer et Spotify.

L’émission s’appuie sur l’ouvrage « La Poudrière » de Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna et Marc Leplongeon paru le 6 janvier 2021 chez Grasset sur l’ultra-droite en France (fiche synthétique ci-dessous).


Synthèse de l’ouvrage « La Poudrière » de Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna et Marc Leplongeon :

L’ouvrage repose à la fois sur une enquête de terrain (observations, infiltrations, sources policières et entretiens), sur l’étude d’archives (médias, réseaux sociaux, comptes rendus judiciaires) et de références scientifiques (essentiellement Nicolas Lebourg, mais également Stéphane François et l’expert Jean-Yves Camus). Il propose une catégorisation étayée et la description détaillée des mouvances d’ultra-droite, illustrées par des récits de trajectoires biographiques et militantes, notamment : l’ancien leader du GUD condamné à plusieurs reprises, Guillaume Faye (auteur de La guerre civile raciale) ou encore Renaud Camus, auteur du concept du “Grand remplacement”.

Synthèse

L’ouvrage porte sur les groupuscules qui gravitent au sein de la mouvance d’extrême droite, en dehors du Rassemblement national. Les auteurs qualifient cette nébuleuse “d’ultra-droite”, une nébuleuse clivée et conflictuelle. Si elle se situe en dehors du RN, elle n’en constitue pas moins un vivier pour le parti, des vecteurs et un laboratoire de diffusion de ses idées, ainsi qu’une partie de son électorat. Ses effectifs sont difficilement estimables : les auteurs évoquent environ 3000 individus, mais également une estimation par les renseignements de 2500-3500 individus, ainsi qu’un noyau dur des “ultra-jaunes” (Gilets jaunes ultra) de 300 personnes et 3000 adhérents d’Action française…

On lit dans l’ouvrage la diversité des références idéologiques, du rapport au politique, des modes d’actions (violences de rue, manifestations, vie communautaire, idéologie et écriture, survivalisme & action paramilitaire, publications sur les réseaux sociaux, engagement partisan, etc.) des ultras. Parmi les courants qui composent cette mouvance, les néopopulistes seraient ceux qui inquièteraient le plus les services de renseignement.


Les auteurs décrivent également les nombreuses armes à disposition de certains groupes (p. 141-142, notamment). La volonté des courants ultra de plonger la France dans une guerre civile est perceptible à plusieurs endroits de l’ouvrage (p. 156, notamment).

Parmi les causes défendues : la lutte contre la globalisation (anti-mondialisation et ethno-différentialisme), la promotion du racisme et de la xénophobie, la lutte contre l’égalité hommes-femmes, l’antisémitisme et la haine des arabo-musulmans. Emmanuel Macron y est désigné par certains comme “l’assassin d’une nation”. Les différents courants de la mouvance sont synthétisés pages 12 et 20, ainsi que leurs codes vestimentaires et gestuels.

Les moyens à disposition de l’action publique pour réprimer ces groupes sont également cités et estimés insuffisants : essentiellement des dissolutions au moyen de l’application de la loi de 1936, dissolutions souvent contreproductives pour les renseignements, puisque les groupuscules se transforment ensuite en groupes affinitaires plus difficilement identifiables. Dans d’autres cas, ces militants reforment un nouveau groupe après dissolution de l’ancien. Les poursuites judiciaires pour entreprise terroriste sont également évoquées à plusieurs reprises dans l’ouvrage.

Les auteurs décrivent également les modes d’action de ces groupes et la communication qui les accompagne, ainsi que leur positionnement au sein de nombreuses institutions (Assemblée nationale, mairies, préfectures, police & gendarmerie, armée, université, notamment).


Dans la conclusion, les auteurs s’essaient à une comparaison entre les causes ou vecteurs probables de la radicalisation, qu’elle soit liée à l’extrême droite ou au salafo-djihadisme. Parmi ces éléments : propension à la violence, marginalité, sentiment d’être incompris, suivi assidu des réseaux sociaux, attirance puis exclusion de la police ou de l’armée. L’objectif de l’ouvrage est de démontrer la propagation des idées d’extrême droite dans la société, jusqu’à la reprise de sa terminologie par certains décideurs (cf. les dernières lignes de la conclusion).


Actions et courants ultra (sélection)

  • La manifestation du 26 janvier 2014 (“Jour de colère” / Dies irae) est considérée comme celle qui a laissé penser que ces mouvances d’ultra-droite disparates pouvaient converger.
  • Ultra-jaunes. L’infiltration du mouvement des Gilets jaunes (“la France des ronds-points”) par des militants et groupes d’ultra-droite est décrit par les auteurs. Leurs actions et slogans appelant à tuer policiers et dirigeants sont également évoqués (p. 29-31, 36-38, p. 42-43), tout comme leurs stratégies et armes à disposition. Des épisodes de convergence de certains militants d’ultra-gauche et d’ultra-droite (rassemblements « en noir et jaune ») sont observés localement par les renseignements depuis l’ascension du mouvement des Gilets jaunes.
  • Catholiques traditionnels. Courants violents au sein de la communauté catholique traditionnelle, galvanisés par le mouvement de la “Manif pour tous” et une opposition politique à l’islam. L’émergence de cette droite dure est illustrée par le cas local d’Angers, “creuset d’un radicalisme chrétien”, où l’on observe une radicalisation au sein de l’Université Catholique de l’Ouest (UCO) et l’implantation de groupuscules ultra au sein de l’université publique. Leurs actions consistent en des rassemblements, des happenings, de la violence de rue (raciste, contre l’ultra-gauche ou anti-policiers), ainsi que le dépôt de têtes de sanglier (emblème du Bastion social) devant un lieu de culte musulmans.
  • Communautaires. Le chapitre consacré au groupe musical “Les Brigandes” (créé en 2015), soutenu par plusieurs personnalités publiques vient illustrer la grande diversité de l’ultra-droite : chansonniers vivant en communauté, d’orientation païenne et traditionaliste, aux paroles ouvertement racistes, leur mode d’action se limite au registre musical. Leur chaîne YouTube a été supprimée en mars 2019. Les auteurs s’attachent à décrire leur mode de vie communautaire, leurs accointances institutionnelles et militantes, mais également leurs difficultés d’insertion locale. Le chapitre sur ce groupe illustre bien la porosité qui existe entre les différents groupes ultras et l’extrême droite institutionnalisée.
  • Survivalistes. L’exemple d’Action des Forces Opérationnelles (AFO) est cité pour présenter le courant anti-musulman, survivaliste et paramilitaire (p. 130-142). Les camps d’entraînement y sont décrits, notamment un atelier de fabrication et d’utilisation de napalm, mais également des cours d’entraînement au combat. Les membres du groupe seront finalement arrêtés pour divers motifs, dont la volonté d’empoisonner des citoyens musulmans. L’infiltration par un agent des renseignements a aussi montré leur volonté de tuer des imams et des détenus radicalisés à leur libération. Autre courant armé et survivaliste cité brièvement : le Front de défense de la France (FDF). 
  • Gabberskins.Mouvance raciste sur fond de musique hardcore et de prise de stupéfiants (note : les gabbers peuvent également être d’extrême gauche), essentiellement implantée dans le Nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas. Ces militants se décrivent comme “nationalistes”. Ils sont surnommés les “skins des champs” par le chercheur Stéphane François.
  • Maurrassiens. Un chapitre est consacré à « Action française » (3000 adhérents, souverainistes diversement répartis sur le continuum gauche-droite [selon « Action française »]) et à sa démarche nationaliste monarchique. Ce chapitre est l’occasion pour les auteurs d’aborder la question des conflits violents qui opposent extrême gauche et extrême droite.
  • Négationnistes. Courant décrit au travers les portraits d’Yvan Benedetti, exclu du Front national, et de Pierre Sidos (fondateur de « Jeune Nation » et auteur de la croix celtique, puis cofondateur d’« Occident » et de l’« Oeuvre française », il a par ailleurs été associé à l’attentat du Petit-Clamart). Ce chapitre décrit un camp d’été de cette mouvance, sur la base d’informations fournies par un journaliste infiltré.
  • Les trolls. Cette mouvance est illustrée à l’exemple du harcèlement et des menaces vécus par une journaliste, fomentés par « Démocratie participative » (groupe hébergé aux Etats-Unis).
  • Engagement international (transversal aux différents courants). Les auteurs dépeignent l’engagement des ultras et des militants d’extrême droite dans le conflit du Donbass, en Ukraine, ainsi qu’à Lesbos (Grèce) contre les camps de réfugiés.

 

Pouvoirs publics

  • Enfin, au milieu de l’ouvrage, un chapitre (p. 119-124) porte sur l’impact des attentats de 2015 sur l’acceptation des idées d’extrême droite dans la société, sur la stigmatisation des citoyens musulmans par une partie de la population et sur la réaction politique à ce constat d’un risque de polarisation sociétale (“risque de désagrégation du lien national et sociétal”, p. 121).
  • Un autre chapitre aborde la récupération de la gestion de la crise sanitaire par les ultras sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.