Synthèse * Définitions de la radicalisation

Quelques définitions de la radicalisation et de l’extrémisme violent. Les sources sont universitaires, institutionnelles ou issues de la société civile.

A noter qu’une liste plus exhaustive a été publiée en 2021 sur ce carnet de recherche : définitions de la radicalisation (liste mise à jour le 3 février 2021).


Farhad Khosrokhavar (2014, directeur d’étude à l’EHESS)

Cette définition est retenue au sein de l’action publique en France.

“Par radicalisation, on désigne le processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d’action, directement liée à une idéologie extrémiste à contenu politique, social ou religieux qui conteste l’ordre établi sur le plan politique, social ou culturel.”


Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV, Canada)

“Un processus selon lequel des personnes adoptent un système de croyances extrêmes – comprenant la volonté d’utiliser, d’encourager ou de faciliter la violence – en vue de faire triompher une idéologie, un projet politique ou une cause comme moyen de transformation sociale. ». Au cœur du processus de radicalisation menant à la violence, on trouve une dynamique de rupture des individus avec leur environnement de proximité (famille, amis, collègues, etc.) et une progression vers une dérive radicale pouvant éventuellement conduire à la violence. Ainsi, la radicalisation violente renvoie à :

  • L’adoption d’une idéologie dont la logique devient un véritable cadre de vie, d’action et de signification pour un individu ;
  • La croyance dans l’utilisation des moyens violents pour faire entendre une cause ;
  • La fusion entre l’idéologie et l’action violente.”

Conseil de l’Europe (2016)

“Les ‘Lignes directrices du Conseil de l’Europe à l’intention des services pénitentiaires et de probation concernant la radicalisation et l’extrémisme violent’ définissent :

  • l’extrémisme violent comme un comportement consistant à ‘promouvoir, encourager ou commettre des actes pouvant mener au terrorisme et qui visent à défendre une idéologie prônant une suprématie raciale, nationale, ethnique ou religieuse’. Cela peut inclure l’opposition violente aux valeurs ou aux principes démocratiques fondamentaux.
  • La radicalisation menant à la violence est « le processus dynamique par lequel un individu accepte et soutient l’extrémisme violent de manière croissante ». Les indicateurs de l’extrémisme violent englobent le fait d’afficher un comportement révélateur d’une adhésion de plus en plus forte à une idéologie qui promeut le recours à la violence, une intention croissante d’agir de manière violente pour réaliser des buts idéologiques ou encore la participation concrète à une action violente illégitime pour servir des objectifs politiques, religieux, sociaux ou d’autres buts idéologiques.”

Commission européenne

Radicalisation can be understood a phased and complex process in which an individual or a group embraces a radical ideology or belief that accepts, uses or condones violence, including acts of terrorism within the meaning of the Directive on combating terrorism, to reach a specific political or ideological purpose.”


Xavier Crettiez (Professeur des universités, Sciences Po Saint-Germain)

On définira la radicalisation comme l’adoption progressive et évolutive d’une pensée rigide, idéologique ou religieuse, dont la logique structure la vision du monde des acteurs, qui usent pour se faire entendre de répertoires d’action violents, le plus souvent au sein de structures clandestines, formalisées ou virtuelles, qui les isolent des référents sociaux ordinaires et leur renvoient une projection grandiose d’eux-mêmes. Trois éléments fondent ainsi l’approche de la radicalisation : sa dimension évolutive (la radicalisation est un processus), l’adoption d’une pensée sectaire (la radicalisation repose sur une idéologie, même peu formalisée), l’usage potentiel de la violence armée (dont les violences de terrorisation sont la forme la plus extrême).


RPC-PREV (Réseau des praticiens canadiens pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent)

Violent radicalization is “a non-linear process by which an individual or group (including a state) undergoes systemic transformations (e.g., behavioral, socioeconomical, psychological, identity-based, political, and/or ideological) that lead them to support or facilitate the use of violence towards an individual or group in order to further their cause and bring individual or societal changes to society.”

Source : Ghayda Hassan et alii, “A Systematic Review on the Outcomes of Primary and Secondary Prevention Programs in the Field of Violent Radicalization”, RPC-PREV, version de travail du rapport, 2019.


Article synthétisant les débats qui existent autour de la définition de la radicalisation (à partir de la page 11) : Isabelle Lacroix, « Radicalisations et jeunesses », INJEP Notes & Rapports, mars 2018.


Ministère de l’intérieur (Assistance aux familles et prévention de la radicalisation violente, 21 novembre 2019)

“Le processus de radicalisation est parfois difficilement décelable, mais il se traduit souvent par une rupture rapide du comportement et un changement dans les habitudes de la personne.” Parmi les signes comportementaux mentionnés :

  • Rupture avec la famille, les anciens amis, éloignement de ses proches
  • Rupture avec l’école, déscolarisation soudaine
  • Nouveaux comportements dans les domaines suivants : alimentaire / vestimentaire / linguistique / financier
  • Changements de comportements identitaires : propos asociaux / rejet de l’autorité / rejet de la vie en collectivité
  • Repli sur soi
  • Fréquentation de sites internet et des réseaux sociaux à caractère radical ou extrémiste
  • Pratique de discours antisémite, complotiste…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.