Publi * Jihadi Culture * Août 2017

Thomas Hegghammer, Jihadi Culture: The Art and Social Practices of Militant Islamists, 2017. Recension de Nicolas Hénin : « Cet ouvrage collectif, dirigé par le chercheur Norvégien Thomas Hegghammer (FFI et département de sciences politiques de l’université d’Oslo) vient combler un trou béant dans la recherche sur le terrorisme djihadiste, puisqu’il s’intéresse à la forme, et non plus au fond, de l’importante production de contenu médiatique et culturel des groupes djihadistes. Ce dernier révèle à la fois des pratiques sociales, mais aussi une forme d’art, car il y a une forme d’« esthétique du djihad », argumente Hegghammer,

à la façon des tatous des néo-nazis ou des chants cadencés des US Marines. Pour l’étudier, ce fin connaisseur du djihadisme s’est entouré de spécialistes de chaque domaine : c’est un professeur de littérature comparée, Robyn Creswell, qui analyse la poésie; un musicologue, Jonathan Pieslak, qui étudie les chants a capella (anashid); mais aussi des anthropologues et des islamologues qui analysent les formes d’expression. Parler d’art lorsque l’on parle de djihadisme choque au premier abord, et cette première réaction n’est pas absurde puisque les pratiques décrites dans l’ouvrage flirtent avec les interdits que les djihadistes eux-mêmes édictent : quelle iconographie quand on refuse toute représentation du vivant ? Quels chants quand on interdit la musique ? On découvre que plusieurs de ces références soit remontent à la période pré-islamique, soit sont empruntées à des branches de l’islam pourtant honnies, en particulier les soufis.

La thèse de l’ouvrage est que les partisans du djihad (dont on sait combien leur profil est varié, depuis le converti européen jusqu’au militant ouïghour) trempent dans un bain culturel commun aussi important que le contenu des textes de doctrine ou de propagande qu’ils diffusent. Le livre, organisé en huit chapitres synthétiques, chacun rédigé par un spécialiste, est construit de façon progressive. Il commence par aborder la poésie djihadiste, puis consacre deux chapitres aux anashid (un premier sur leur place, un second sur leur musicologie), le chapitre suivant traite de la culture visuelle du djihad, le suivant de la cinématographie djihadiste, le suivant de l’interprétation des rêves, et le suivant de la martyrologie. Hegghammer est l’auteur d’un dernier chapitre plus général dans lequel il étudie ce qu’il qualifie de « pratiques non militaires » des groupes djihadistes. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *