Chiffres * 2017-2020

Chiffres issus de différentes sources (qui ne se recoupent pas toujours parfaitement).


  1. 17 octobre 2020. « L’attentat de #ConflansSainteHonorine est le 100ème acte de #terrorisme islamiste ciblant la France depuis 2013, dont 17 attentats, 22 tentatives d’attentats et 61 projets d’attentats déjoués. » Source : Compte twitter de Jean-Charles Brisard.
  2. 13 octobre 2020. « Ce que je peux vous dire, c’est qu’en tout, 8 500 personnes sont suivies de façon active pour radicalisation. » Source : Hanan Ben Rhouma, « Gérald Darmanin : ‘C’est la grandeur des musulmans de France de constater qu’il existe des dérives au nom de leur religion’« ,  Saphir news, 13 octobre 2020.
  3. 13 octobre 2020. « Selon le ministre de l’intérieur, ce sont ainsi 4 111 étrangers qui sont inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), dont 851 immigrés clandestins. Sur ce contingent, 661 font déjà l’objet de mesures d’éloignement, mais seules 428 ‘expulsions du territoire national ont été effectuées’« . Source : « Gérald Darmanin communique des chiffres sur la radicalisation au sein de l’immigration irrégulière« , Le Monde/AFP, 13 octobre 2020.
  4. 13 octobre 2020. « Gérald Darmanin a révélé qu’il y a sur le territoire français 231 étrangers en situation irrégulière suivis pour radicalisation ‘qu’il nous faut expulser’. Parmi eux figurent 180 détenus actuellement incarcérés. Le ministre de l’Intérieur a en outre révélé que 851 immigrés clandestins étaient inscrits au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Selon un dernier état des lieux, 96 cellules départementales de lutte contre l’islamisme et le repli (CLIR) communautaire sont désormais déployées sur les 106 qui devront couvrir à terme tout le territoire. Les 650 opérations de contrôles menées depuis septembre ont permis à la CAF de récupérer 200 000 euros et 3,5 millions d’euros pour l’Urssaf. 73 lieux islamistes ont été fermés en 2020, dont 12 pour le seul mois de septembre. » Source : Christophe Cornevin, « 231 clandestins suivis pour radicalisation appelés à être expulsé« , Le Figaro, 13 octobre 2020.
  5. 13 octobre 2020. « 22.000 personnes (…) suivies [ndrl : le terme « suivies » est inapproprié/erroné. 8500 suivies annoncées le 13.10.2020] au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Parmi elles, 4 111 sont des personnes étrangères et 851 sont en situation irrégulière. 661 mesures d’éloignement ont été prises en administratif et en judiciaire, aboutissant à 428 expulsions du territoire à l’heure actuelle. Source : Esther Paolini, « Lutte contre le trafic de drogue et la radicalisation : Darmanin livre les chiffres de l’activité policière« , BFM, 13 octobre 2020.
  6. 13 octobre 2020. Chiffres sur la lutte contre le séparatisme : « 98 CLIR en tout sur 101 départements et collectivités d’Outre-mer ont été installées – soit un taux de réalisation de 95 % ». Bilan chiffré des PLRQ du 10 février 2018 au 5 octobre 2020 : 356 lieux fermés dont 12 fermetures au cours du mois écoulé. (…) Par ailleurs : « 5 093 millions d’euros redressés par la CAF ; 19 175 millions d’euros redressés par l’URSSAF ; 650 contrôles réalisés le mois dernier ». (p. 11-12 du dossier de presse). Source : dossier de presse du Ministère de l’intérieur.
  7. 9 octobre 2020. Les femmes de #djihadistes détenues dans le camp kurde d’al-Hol en #Syrie auraient mené 6 attaques à l’arme à feu ou à l’arme blanche faisant 2 morts et 7 blessés en septembre. 4 tentatives d’évasion impliquant 10 femmes et plusieurs enfants ont également été déjouées. Source : Compte twitter de Jean-Charles Brisard.
  8. 8 octobre 2020. « Libération prochaine des familles de #djihadistes syriens détenues dans le camp d’al-Hol (soit 25.000 personnes dont 17.000 enfants) » [Les étrangers seront exclus de ces mesures]. Source : Compte twitter de Jean-Charles Brisard.
  9. 8 octobre 2020. « En 2016, 1 204 personnes ont été mises en cause pour des infractions liées au terrorisme, 937 en 2017 et 775 en 2018, soit un total de 2 916 mis en cause sur la période 2016-2018. (…) Il s’agissait d’infractions concernant l’apologie ou la provocation d’un acte de terrorisme pour 65 % d’entre eux. Les personnes mises en cause sur cette période sont majoritairement des hommes (87 %) et étaient âgées entre 26 et 35 ans au moment des faits pour près d’un tiers d’entre elles. Les infractions liées au terrorisme pour lesquelles les personnes ont été mises
    en cause entre 2016 et 2018, ont été commises, pour 40 % d’entre elles, en 2016. La majorité de ces infractions, 78 %, ont eu lieu dans des unités urbaines de plus de 50 000 habitants et dans l’unité urbaine de Paris. » Source : Fiona Frattini, « Les personnes mises en cause pour des infractions liées au terrorisme », ONDRP, 8 octobre 2020. 
  10. 7 octobre 2020. « Près de 200 enfants [français] résideraient encore dans [le] camp [de Ah-Hol] ». Source : C. Le Goff et alii, « Syrie : vers la libération de familles de djihadistes ? », France 2, 7 octobre 2020.
  11. 6 octobre 2020. « Financement du #terrorisme: 53 enquêtes préliminaires et 72 informations judiciaires en cours. 35 condamnations en 2 ans. Les enquêtes financières ont révélé que plusieurs #djihadistes présumés morts étaient toujours en vie (Jean-François Ricard #PNAT) ». Source : Compte twitter de Jean-Charles Brisard.
  12. 6 octobre 2020. « Le parquet national antiterroriste (PNAT) [a été] imaginé après les attaques de novembre 2015 à Paris, et créé en juillet 2019, il regroupe 28 magistrats. (…) 674 procédures judiciaires aujourd’hui en cours, pour 453 personnes mises en cause. En quatre ans, la vague d’attentats a fait plus de 155 morts en France. » Source : « Le parquet national antiterroriste, une force de frappe judiciaire« , France 3, 6 octobre 2020.
  13. 2 octobre 2020. Dans son discours sur les séparatismes, Emmanuel Macron fait le bilan de l’action entamée en 2017 : « Des plans de lutte contre la radicalisation impliquant l’ensemble des services de l’État ont été déployés à bas bruit dans 15 quartiers (…). 212 débits de boissons, 15 lieux de culte, 4 écoles, 13 établissements associatifs et culturels ont été fermés, des centaines de contrôles réalisés, des millions d’euros saisis dans ces quartiers. Les résultats obtenus nous ont conduit à étendre cette méthode à l’ensemble du territoire. (….) Dans chaque département, des cellules de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire ont été installées l’hiver dernier. Elles ont déjà permis d’interdire des conférences organisées par des mouvements islamistes radicaux, d’entraver financièrement une association détournant sa raison d’être pour promouvoir l’islam politique. Ailleurs, de fermer une école clandestine, où des jeunes filles de 7 ans portaient le voile intégral, etc., etc. Au total, depuis le 1er janvier 2020, 400 contrôles ont été effectués, 93 fermetures prononcées.. » Source : « Discours du Président de la République sur le thème de la lutte contre les séparatismes« , site de l’Elysée, 2 octobre 2020.
  14. 29 septembre 2020. Gérald Darmanin « a annoncé que «32 attentats» avaient été déjoués depuis trois ans ». Source : « ‘Nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste’, affirme Gérald Darmanin« , Le Figaro, 29 septembre 2020.
  15. 6 septembre 2020. « Depuis trois ans, on a fermé 240 lieux soupçonnés de radicalisation ». Source : , « Gérald Darmanin et Marlène Schiappa : ‘La France est malade de son insécurité' », Le Parisien, 6 septembre 2020.
  16. 31 août 2020. « Ils sont très exactement 8 132 : c’est le nombre de personnes inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) » (….). « Face à l’ampleur des défis dans la lutte contre le terrorisme, le ministre de l’intérieur a mis l’accent sur les moyens supplémentaires alloués à la DGSI, qui verra ses effectifs augmenter de « 1 260 agents dans tout le quinquennat »« . (…) « Abordant la question de la libération prochaine des « 505 détenus terroristes islamistes en lien avec la mouvance islamiste », auxquels il a ajouté « 702 détenus de droit commun susceptibles de radicalisation », il a fait valoir qu’il s’agissait d’un « défi sécuritaire majeur ». « En 2020, les prévisions de libération sont évaluées à 45 détenus pour des faits d’association de malfaiteurs terroristes », et en 2021 à « 63 terroristes islamistes condamnés ». » Source : « Plus de 8 000 personnes fichées pour radicalisation à caractère terroriste », Le Monde et AFP, 31 août 2020.
  17. 22 juillet 2020. Compte twitter de Jean-Charles Brisard : « Sur 260 détenus condamnés pour terrorisme islamiste (TIS), 31 sont libérables en 2020, 62 en 2021 et 50 en 2022. 252 autres sont en détention provisoire en attente de leur jugement -49 procès sont prévus d’ici 2021. »
  18. 21 juillet 2020. Compte twitter de Jean-Charles Brisard : « Selon la  Cour des comptes, 328 détenus pour terrorisme islamiste (TIS) et 2.212 détenus de droit commun susceptibles de radicalisation (DCSR) auront été libérés entre 2018 et 2022, soit 2.540 individus sortants ».
    Image
  19. 22 juin 2020. Compte twitter de Jean-Charles Brisard : « 262 détenus ont été condamnés pour des infractions terroristes, 182 sont en détention provisoire pour des faits de terrorisme. 31 détenus pour terrorisme islamiste (TIS) seront libérés en 2020, 62 en 2021 et 50 en 2022 (@NBelloubet #AN).
  20. 14 mai 2020. Sur le site de l’Assemblée nationale, audition de Mme Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice dans le cadre de la Commission des lois. Parmi les éléments communiqués, le nombre de 522 individus actuellement détenus pour terrorisme islamiste (TIS) contre 531 en février 2020.  
  21. 25 février 2020. Concernant l’extrême gauche, le [Parquet national antiterroriste] PNAT n’a ouvert qu’une seule enquête préliminaire, et ce, ‘assez récemment’, indique la juridiction, sans fournir plus de précision. La majorité des saisines du PNAT visent l’islam radical, qui représente 576 informations judiciaires et enquêtes préliminaires. Cinq informations judiciaires en cours ciblent l’extrême droite, à chaque fois pour ‘association de malfaiteurs terroriste' ». Source :  » L’antiterrorisme mobilisé contre l’islam radical », Le Monde.
  22. 24 février 2020. « La ministre de la Justice a annoncé que 43 détenus djihadistes seraient libérés cette année après avoir purgé leur peine, et une soixantaine en 2021. ». Source : AFP.
  23. 20 février 2020. « Selon les chiffres communiqués début février par le ministère de l’Intérieur, en 2020, 45 personnes condamnées pour des faits de terrorisme vont sortir de prison. Elles seront 57 en 2021 et 46 en 2022 (…). A ce jour, 513 détenus sont considérés comme des terroristes islamistes et 900 personnes, condamnées pour des faits de droit commun, sont, selon la qualification retenue par l’administration pénitentiaire, « susceptibles de radicalisation ». ». Source : Nathalie Perrier, « La libération de dizaines de détenus radicalisés inquiète les élus« , La Gazette des communes.
  24. 4 février 2020. « Depuis février 2018, c’est le cas dans les quinze quartiers – situés dans des territoires où se sont développées des filières de combattants pour le djihad – où sont expérimentés des plans de lutte contre la radicalisation. Les mesures prises dans ces quinze quartiers ont donné des résultats significatifs ; 152 débits de boissons y ont été fermés, de même que 15 lieux de culte, 12 établissements culturels et associatifs et 4 écoles hors contrat. ». Source : retranscription des propos de Laurent Nunez, 132e séance du mardi 4 février 2020 de l’Assemblée nationale, p. 660.
  25. 22 janvier 2020. Publication par le Centre d’Analyse du Terrorisme de chiffres sur les départs sur zone, sur les combattants terroristes étrangers, sur la judiciarisation du terrorisme en France et en Europe et sur les signalements de la radicalisation. Source : CAT, Compte rendu de la conférence “Quelles menaces et quels enjeux après la chute du califat ?” du 7 novembre 2019.
  26. 12 janvier 2020. « Nicole Belloubet a ouvert la porte à un rapatriement de ces Français détenus en Syrie par les Kurdes. Selon les dernières estimations, ils seraient environ 200 adultes et 300 enfants ». Source : Caroline Beyer, « Nicole Belloubet ouvre la porte au rapatriement de djihadistes« , Le Figaro, 12 janvier 2020.
  27. 12 janvier 2020. « Paris a (…), en juin 2019, rapatrié douze enfants, dont la majorité était des orphelins, après cinq rapatriements en mars 2019 ». Source : AFP, « Belloubet émet l’hypothèse d’un rapatriement des djihadistes français en Syrie et en Irak« , Le Monde, 12 janvier 2020.
  28. 9 décembre 2019. « Il reste plusieurs centaines de ressortissants [français] dans des prisons et des camps du Kurdistan syrien. Parmi eux, environ 300 femmes et enfants, dont une majorité sont détenus dans le camp d’al-Hol, à proximité de la frontière irakienne ». Source : Luc Mathieu, « La Turquie expulse quatre femmes de jihadistes et leurs enfants« , Libération, 9 décembre 2019.
  29. 14 novembre 2019. Enquête menée par Xavier Crettiez et Yvan Barros dont la synthèse a été publiée dans Le Monde. Analyse sur la base d’un corpus de 88 projets d’attentats (réussis ou déjoués entre 2015 et 2018) impliquant 163 individus se réclamant du « djihadisme salafiste » : « sur les treize attentats ‘ayant abouti’ entre 2015 et 2018, ‘aucun n’impliquait des femmes’. Ces dernières sont toutefois surreprésentées dans des « projets » impliquant l’usage d’explosif (huit cas) ou d’armes blanches (sept cas). Les femmes étaient par ailleurs plus souvent des converties (35 %) que les hommes (16 %). Autre particularité, une seule femme avait des antécédents judiciaires. En moyenne, les auteurs de tous ces projets d’attentat étaient âgés de 25 ans. Les mineurs représentaient 16 % d’entre eux. Le plus jeune avait 13 ans lors de son interpellation, le plus âgé 65 ans. L’immense majorité sont des Français. Sur les 163 cas répertoriés, seuls 32 concernent des étrangers et 9 des binationaux. » Source : Elise Vincent, « Une étude pour cerner le profil des auteurs d’attentats », Le Monde, 14 novembre 2019.

  30. 13 novembre 2019. « About 3,000 women and 7,000 children from countries other than Iraq and Syria are being held at al-Hol camp in north-east Syria, according to the Kurds guarding the camp and Human Rights Watch. (…) More than 550 Western women moved to Syria and Iraq to join IS, a number unmatched by any other jihadist group. » Source : Site web Fanack.com, « IS Fallout: The Women and Children No One Wants« . La situation et les stratégies de la Belgique, de la France, des Pays-Bas, du Royaume Uni, de la Russie, de l’Arabie Saoudite, du Maroc, de la Tunisie et de la Bosnie y sont est évoquées.

  31. 13 novembre 2019. « Les services de renseignement redoutent que des combattants – il en reste 7 à 9.000 sur place – parviennent à gagner le Vieux Continent en se mêlant aux réfugiés. (…) Plusieurs milliers de djihadistes ont été faits prisonniers et sont détenus par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Un peu plus de 200 Français s’y trouveraient. (…) Parmi les 1.300 Français qui étaient partis en Irak ou en Syrie rejoindre Daesh, 325 sont décédés et 288 sont parvenus à rentrer en France. (…) Depuis le début de l’année, la DGSI a été chargée de suivre 109 anciens détenus : 45 mis en cause dans des affaires de terrorisme, 64 dans des affaires de droit commun mais qui sont radicalisés. (…) Les services de renseignement ont dans leur collimateur 9.000 personnes inscrites au FSPRT (fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Parmi elles, un peu plus de 3.100 le sont par la DGSI dont les effectifs ont évolués depuis 2015. » Source : Thibaut Chevillard, « Attentats du 13-Novembre : Quatre ans après, où en est la menace terroriste ?« , 20 minutes, 13 novembre 2019.

  32. 26 octobre 2019. « En novembre 2018, le CNAPR indiquait avoir reçu depuis avril 2014 plus de 68 000 signalements par l’intermédiaire du numéro vert ou sur Internet. A peine un dixième (7 300) a fait l’objet d’une transmission aux services spécialisés. Sur ces 7 300 signalements, 5 379 ont fait l’objet d’un suivi, toujours actif dans la moitié des cas environ. C’est moins que les 9 516 cas détectés par les étatsmajors de sécurité, qui réunissent forces de l’ordre, justice et acteurs de l’éducation nationale ou de l’administration, à la suite à de « remontées » de terrain. Sur ces 9 500 cas, 5 800 faisaient toujours l’objet d’un suivi. Si l’on fait un ratio entre nombre de signalements et nombre de cas toujours suivis, l’écart est spectaculaire : 3,77 % dans le cas des signalements « spontanés » sur la plateforme du CNAPR contre 61,6 % dans les cas détectés par les états-majors de sécurité ». Source : Samuel Laurent, « Contre la radicalisation, trois plans et une culture du « criblage »« , Le Monde.7 octobre 2019. Compte twitter de Christophe Castaner : « 59 attentats ont été déjoués depuis 2013, 3 depuis de le début de cette année ».

  33. 7 octobre 2019. « Al-Hol is one of the biggest camps in north-eastern Syria (…). Built to accommodate 40,000 people, the camp currently holds around 70,000 people, 11,000 of whom are reportedly foreign women and children who lived in IS’ so-called caliphate. An estimated 7,000 are children under 12. (…) As of July this year [2019], around 240 children had died in the camp or on their way to the camp. » Source : Site web Fanack.com, « In Syria’s Overcrowded al-Hol Camp, Islamic State Ideology Spreading ‘Uncontested’, 7 octobre 2019. Un plan du camp d’Al-Hol est publié dans l’article. Concernant les 240 décès, voir le discours de l’ONU du 2 juillet 2019.

  34. 18 septembre 2019. 200 enfants français dans le camp de Roj (Syrie). Source : Thibaut Solano, « Enfants de djihadistes : « La France détient la clé des camps en Syrie«  », L’Express, 18 septembre 2019.

  35. 4 septembre 2019. Chiffres et données extraits du rapport public de la délégation parlementaire au renseignement : ici. 

  36. 11 juillet 2019. « 682 procédures en cours (264 enquêtes préliminaires et 418 informations judiciaires) impliquant 1.412 individus, dont 505 mis en examen et 907 faisant l’objet d’un mandat d’arrêt ou de recherche (Jean-François Ricard #PNAT) ». Source : Fil Twitter de Jean-Charles Brisard (CAT). Consulter également le « monitoring judiciaire » du CAT. Voir également les chiffres concernant le pénitentiaire (infra).

  37. 11 juin 2019. 202 #djihadistes majeurs revenus de #Syrie#Irak étaient judiciarisés au 26/04, 161 hommes/41 femmes. 146 écroués, 52 libres ou en suivi judiciaire, 4 non-lieux/relaxes. 116 condamnés, 108 par le tribunal correctionnel, 8 par la Cour d’assises spécialement composée @justice_gouv. Source : Fil Twitter de Jean-Charles Brisard (CAT). 

  38. 7 juin 2019. « Selon le dernier recensement effectué fin avril par le Centre d’analyse du terrorisme (CAT), 210 mineurs français (dont 75 % de moins de 5 ans) se trouveraient actuellement en Syrie, dans des camps insalubres. (…) Selon le ministère de la Justice, 95 mineurs se trouvent actuellement sur le territoire national après un séjour sur zone irako-syrienne, dont 88 ont fait l’objet d’une procédure en assistance éducative. (…) 61 retours de Syrie enregistrés depuis 2016 par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis), compétent en raison de leur arrivée à l’aéroport de Roissy. Les deux tiers ont été placés et la grande majorité a moins de 5 ans. » Source : , « Comment se reconstruisent les enfants de Daech« , Le Parisien, 7 juin 2019.

  39. Juin 2019. « Ce sont « douze jeunes enfants français mineurs, orphelins ou isolés » qui ont été rapatriés, ce lundi 10 juin, annonce le quai d’Orsay, dans un communiqué. Le plus jeune, est un bébé d’un an. Le plus âgé, un garçon de douze ans. Il y a parmi ces enfants plusieurs fratries. » Source : Sophie Parmentier, « Douze enfants de djihadistes français rapatriés de Syrie, et choisis au « cas par cas »« , France Inter, 11 juin 2019. Voir également l’article du Figaro/AFP, « Femmes et enfants français en Syrie : Paris donne « priorité » aux mineurs isolés ou orphelins, 16 septembre 2019.

  40. Chiffres de mars 2019 rendus publics le 1er septembre 2019 : Données & chiffres extraits du tome 1 du Rapport public de la délégation parlementaire au Renseignement (rapport d’activité 2018-2019 de la Délégation parlementaire au renseignement).

  41. 14 février 2019. En février 2019, on comptait 305 Français disparus après être partis rejoindre l’Etat islamique. Source : Delahousse Mathieu , « A la recherche des 305 « fantômes » de Daech, ces djihadistes français considérés comme morts », L’Obs.

  42. 30 janvier 2019. Article publié dans L’Express suite à la déclaration télévisée de Christophe Castaner : « 70 enfants actuellement en Syrie pourraient revenir en France dans les prochaines semaines. 84 sont déjà revenus depuis 2014 [(…) Ces mineurs ont été en majorité placés : 38 en familles d’accueil, 3 en foyers, un en pouponnière et un en centre maternel. Les autres, au nombre de 33, ont été confiés à leurs familles, et d’abord à leurs mères pour 22 d’entre eux.] & [Quelques-uns – cinq – vivent quant à eux chez leurs grands-parents dont trois hébergent les mères en question ; 5 également sont chez leurs pères et un chez une tante.] »  & « BFMTV a révélé mardi le rapatriement dans les prochaines semaines de 130 djihadistes français, hommes et femmes, jusque-là détenus dans des camps kurdes au nord de la Syrie [plus de 70 mineurs et 50 majeurs]. ». Source : Claire Hache, « Rapatriement de djihadistes français: une majorité d’enfants« , L’Express.

  43. 27 octobre 2017, Gérard Collomb (ministre de l’Intérieur) a annoncé : a) Environ 302 personnes revenues depuis 2012 de la zone de combats irako-syrienne (plus de 254 majeurs et 58 mineurs majoritairement âges de moins de 12 ans). b) Parmi ces 302 revenants, Gérard Collomb a annoncé que 134 individus étaient incarcérés et 168 toujours en liberté (178 hommes de retour dont 120 écroués, 66 femmes de retour dont 14 écrouées). c) Par ailleurs, les autorités françaises estiment qu’ environ 1700 citoyens français ont rejoint les zones de combats irako-syriennes depuis 2014. 278 d’entre eux seraient décédés, 700 (dont 300 femmes) djihadistes s’y trouveraient encore, accompagnés de 500 mineurs français (estimation). d) Le 13 novembre 2017, Nicole Belloubet (ministre de la Justice), a déclaré que huit mineurs de retour des zones de combat étaient en détention (âgés de 16 à 18 ans). Source : « Terrorisme : 240 jihadistes de retour en France depuis 2012, la majorité en prison », RTL.

  44. Le 22 janvier 2018, le procureur François Molins a annoncé sur Europe 1 : a) Le parquet de Paris suit actuellement 489 procédures en lien avec le djihadisme irako-syrien. b) Ces procédures concernent 1.533 individus [Note : le nombre d’individus est largement supérieur à celui des procédures, car il s’agit le plus souvent d' »associations de malfaiteurs »), dont 432 sont d’ores et déjà mis en examen et 277 placés en détention provisoire, les autres faisant l’objet de mandats. c) A ce jour (janvier 2018), 676 Français dont 295 femmes se trouveraient sur les zones de combat syro-irakiennes. Source : « Lutte antiterroriste : Molins met en garde contre un accès restreint aux données de connexion« , Europe 1.7 mars 2018, chiffres du Ministère de l’intérieur : « 256 adultes sont revenus en France, selon des chiffres actualisés le 7 mars par le ministère de l’Intérieur, auxquels s’ajoutent 78 mineurs. » (source : publié le 15 mars 2018 dans France Soir, notamment).

  45. 26 mars 2015. « Selon les derniers chiffres officiels, que Le Monde a pu consulter, 3 142 personnes ont été signalées par leurs proches ou les services publics ces onze derniers mois, dont 9 % avaient déjà rejoint la Syrie. Tous les départements sont touchés, à l’exception de la Creuse. Un quart des signalements concerne des mineurs, 35 % des femmes et 40 % des convertis. Plus les individus sont jeunes, plus la proportion de femmes et de convertis augmente. » Soren Seelow, « Les nouveaux chiffres de la radicalisation« , Le Monde.

 

Radicalisation en milieu pénitentiaire :

  • Source : CAT. Chiffres publiés par Jean-Charles Brisard le 7 septembre 2019 sur la population pénitentiaire : « Sur 562 détenus pour des faits de terrorisme en France, 511 le sont au titre du terrorisme islamiste (TIS) dont: – 377 Français (74%) – 93 étrangers (18%) – 41 binationaux (8%) > Direction de l’administration pénitentiaire »
  • Source : « Terrorisme : quel risque de récidive ?« , The Conversation, 2 juin 2019 : « Près de 10 % des détenus terroristes islamistes (TIS) et plus d’un tiers des détenus de droit commun susceptibles de radicalisation (DCSR), qu’ils soient prévenus ou condamnés, sont libérables d’ici fin 2019, et plus de 80 % des 143 TIS déjà condamnés le seront d’ici 2022. »
  • Source : Ivanne Trippenbach, « Dans les prisons, 300 «espions» surveillent les terroristes », L’Opinion, 19 juin 2019. « Sur 196 définitivement condamnés pour terrorisme, 22 sortiront d’ici fin 2019, et 75  % d’ici 2022.« 
  • Source : Le Dauphine.com / 28 mai 2018 : »Actuellement, plus de 1 200 personnes écrouées pour des faits de droit commun sont radicalisées tandis que plus de 500 sont en prison pour terrorisme. » & « Quelque 20 000 personnes figurent dans ce FSPRT, plus restrictif que la fiche S et qui regroupe aussi bien des suspects judiciarisés ou incarcérés, que des personnes qui présentent des signes de radicalisation, sans avoir été mis en cause. Au total, 11000 « profils actifs » y sont répertoriés et font l’objet d’une prise en compte des services. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.