Enseignement * Islam et radicalité en Afrique et en Asie * 2019-2020

Enseignement à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sur “Islam et radicalité en Afrique et en Asie“. Cycle coordonné par Hosham Dawod, ingénieur de recherche au CNRS (IIAC-LAIOS), Marie Miran-Guyon, maître de conférences de l’EHESS (IMAF) et Marc-Antoine Pérouse de Montclos, directeur de recherche à l’IRD.

Date et lieu : le lundi de 17h à 20h au Campus Condorcet (Cours des Humanités – 93300 Aubervilliers), du 7 novembre 2019 au 5 mars 2020. Pour le détail des séances et des salles de cours, voir la page de l’EHESS.


Présentation par les enseignants

En dépit de leurs ambiguïtés et des controverses politiques qu’elles suscitent, les notions de radicalité et d’extrémisme traversent aujourd’hui des questionnements fort nombreux sur l’islam, en particulier en France. Pour une deuxième année, ce séminaire vise à élargir le débat en l’ouvrant à des pays africains et asiatiques. L’objectif n’est pas seulement d’interroger des paradigmes qui privilégient trop souvent une approche globale au détriment de l’étude des contextes locaux. Il est aussi de questionner la circulation des idées islamiques, leur rôle dans les mobilisations sociales et leur rapport à la violence et au pouvoir politique, y compris dans une perspective historique et anthropologique. Pour cela, les réflexions développées au cours du séminaire s’attacheront à décrypter la complexité et la fluidité des différents courants de pensée qui animent à présent les croyants musulmans en Afrique et en Asie. Un tel travail mettra en évidence les limites d’une vision qui s’inspire souvent du vocabulaire colonial, opposant, par exemple, un islam « noir », traditionnel et tolérant à un islam arabe, exogène et « radical ». Le renouvellement de nos questionnements permettra également de déconstruire les catégories habituellement utilisées par les spécialistes de la contre-insurrection et de la lutte antiterroriste qui veulent « dé-radicaliser » les esprits : soufisme, wahhabisme, salafisme, sunnisme, chiisme, mahdisme, millénarisme, etc.

Pour cela, le séminaire adoptera trois principaux points de vue :

  • l’analyse de la circulation des modèles de réforme islamique entre l’Afrique et l’Asie, en particulier (mais pas seulement) au Moyen Orient ;
  • les approches comparatives entre Asie et Afrique ;
  • les cas d’étude qui permettent d’éclaircir le débat.

 


Programme

  • 4 novembre : Bernard Rougier (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) « La radicalisation salafiste : une introduction thématique »
  • 18 novembre : Ahmed Chanfi (IMAF) « Nouvelles institutions de conversion à l’Islam en Afrique de l’Est : ONGs islamiques et Universités des Musulmans »
  • 2 décembre : Farad Khosrokhavar (EHESS, CADIS) & Hosham Dawod (CNRS, IIAC) « Les acteurs djihadistes en Europe et au Moyen-Orient et dans le monde arabe : regards croisés »
  • 16 décembre : Katrin Langewiesche (Johannes Gutenberg-Universität) « Un islam minoritaire, cosmopolite et puritain : l’Ahmadiyya entre l’Europe et l’Afrique »
  • 6 janvier : Faouzi Skali (Fondation Esprit de Fès, Maroc, invité EHESS) « Soufisme et dialogue des religions »
  • 20 janvier : Elodie Apard (Institut français de recherche en Afrique/IFRA, Ibadan, Nigeria) « Trans-Islam : une étude pluridisciplinaire des circulations religieuses entre Niger et Nigéria »
  • 3 février : Sabrina Mervin (CNRS, CéSor) « Le pèlerinage de l’Arba’in à Karbala (Irak): pratiques populaires, réseaux cosmopolites et politique des institutions »
  • 2 mars : Aminah Mohammad-Arif (CNRS, CEIAS) « De la (non)-radicalisation des musulmans en Inde »

Renseignements : marie.miran(at)ehess.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.