Chiffres 2018-2019

Parmi les chiffres recueillis au sein d’un document de synthèse sur les FTFF (chiffres parfois contradictoires) :

1/ Chiffres publiés par Jean-Charles Brisard le 7 septembre 2019 sur la population pénitentiaire : “Sur 562 détenus pour des faits de terrorisme en France, 511 le sont au titre du terrorisme islamiste (TIS) dont: – 377 Français (74%) – 93 étrangers (18%) – 41 binationaux (8%) > Direction de l’administration pénitentiaire”

2/ Chiffres de mars 2019 rendus publics le 1er septembre 2019 : Données & chiffres extraits du tome 1 du Rapport public de la délégation parlementaire au Renseignement (rapport d’activité 2018-2019 de la Délégation parlementaire au renseignement).

3/ Mars 2019, “95 enfants de djihadistes rentrés en France depuis 2015” de Paule Gonzalès : “À leur retour, environ deux tiers des enfants avaient moins de 5 ans et 90% moins de 10 ans. Selon les chiffres officiels, sur les 89 enfants rapatriés avant le 4 février 2019, 81 ont fait l’objet d’une procédure en assistance éducative. 74 mineurs en bénéficient toujours actuellement. Les placements se font majoritairement en famille d’accueil et minoritairement en foyer. Très peu ont pu bénéficier d’un retour dans leur famille de sang. Au parquet de Bobigny, sur 62 arrivées depuis 2016, «16 ont été directement remis à leur famille ou au terme d’un processus d’évaluation de ces dernières», affirme le parquet. On compte aujourd’hui un seul mineur arrivé à l’âge de 16 ans et désormais majeur. (…)”. 

4/ Janvier 2019, “Rapatriement de djihadistes français: une majorité d’enfants” article de Claire Hache, publié le 30 janvier 2019 dans L’Express suite à la déclaration télévisée de Christophe Castaner :

“70 enfants actuellement en Syrie pourraient revenir en France dans les prochaines semaines. 84 sont déjà revenus depuis 2014 [(…) Ces mineurs ont été en majorité placés : 38 en familles d’accueil, 3 en foyers, un en pouponnière et un en centre maternel. Les autres, au nombre de 33, ont été confiés à leurs familles, et d’abord à leurs mères pour 22 d’entre eux.] & [Quelques-uns – cinq – vivent quant à eux chez leurs grands-parents dont trois hébergent les mères en question ; 5 également sont chez leurs pères et un chez une tante.]”  & “BFMTV a révélé mardi le rapatriement dans les prochaines semaines de 130 djihadistes français, hommes et femmes, jusque-là détenus dans des camps kurdes au nord de la Syrie [plus de 70 mineurs et 50 majeurs]. “

5/ Environ 261 djihadistes, hommes et femmes, étaient rentrés sur le territoire français en novembre 2018, ainsi qu’environ 80 mineurs (source : Ceaux Pascal et Joahny Stéphane, « Laurent Nunez : “Nous ne constatons quasiment plus de retour de djihadistes de Syrie et d’Irak” », Journal du dimanche, 10 novembre 2018, modifié le 11 novembre 2018). En juillet 2018, 672 adultes et environ 500 mineurs de nationalité française ou résidant en France étaient présents dans la zone syro-irakienne (source : Plan d’action du CIPDR). Enfin, la DGSI a communiqué en mars 2018 sur le nombre de 288 hommes et 12 femmes de nationalité française morts dans les rangs de Daech (source : « 300 djihadistes français sont morts en Syrie et en Irak depuis 2014 », L’Express, 7 mars 2018). En février 2019, on comptait 305 Français disparus après être partis rejoindre l’Etat islamique (Delahousse Mathieu , « A la recherche des 305 “fantômes” de Daech, ces djihadistes français considérés comme morts », L’Obs, 14 février 2019).

6/ Octobre 2017, Gérard Collomb (ministre de l’Intérieur) a annoncé :

  • Environ 302 personnes revenues depuis 2012 de la zone de combats irako-syrienne (plus de 254 majeurs et 58 mineurs majoritairement âges de moins de 12 ans).
  • Parmi ces 302 revenants, Gérard Collomb a annoncé que 134 individus étaient incarcérés et 168 toujours en liberté :
  • Par ailleurs, les autorités françaises estiment qu’ environ 1700 citoyens français ont rejoint les zones de combats irako-syriennes depuis 2014. 278 d’entre eux seraient décédés, 700 (dont 300 femmes) djihadistes s’y trouveraient encore, accompagnés de 500 mineurs français (estimation).
  • Le 13 novembre 2017, Nicole Belloubet (ministre de la Justice), a déclaré que huit mineurs de retour des zones de combat étaient en détention (âgés de 16 à 18 ans).

7/ Le 23 janvier 2018, le procureur François Molins a annoncé sur Europe 1 :

  • Le parquet de Paris suit actuellement 489 procédures en lien avec le djihadisme irako-syrien
  • Ces procédures concernent 1.533 individus [Note : le nombre d’individus est largement supérieur à celui des procédures, car il s’agit le plus souvent d'”associations de malfaiteurs”),
    • dont 432 sont d’ores et déjà mis en examen
    • et 277 placés en détention provisoire,
    • les autres faisant l’objet de mandats.
  • A ce jour (janvier 2018), 676 Français dont 295 femmes se trouveraient sur les zones de combat syro-irakiennes.

8/ Le 7 mars 2018, chiffres du Ministère de l’intérieur :

  • “256 adultes sont revenus en France, selon des chiffres actualisés le 7 mars par le ministère de l’Intérieur, auxquels s’ajoutent 78 mineurs.” (publié le 15 mars 2018 dans France Soir, notamment).



 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.