Chiffres * Délégation parlementaire au Renseignement * 1er septembre 2019

Données & chiffres extraits du tome 1 du Rapport public de la délégation parlementaire au Renseignement (rapport d’activité 2018-2019 de la Délégation parlementaire au renseignement). Une synthèse du rapport a été rédigée par l’agence de presse AEF / Raphaël Marchal, « FSPRT, fiche S, Uclat : les principales préconisations de la délégation parlementaire au renseignement« , 4 septembre 2019.

[Pour aller plus loin, consulter les sources chiffrées ouvertes sur les djihadistes étrangers sur la scène internationale et sur la radicalisation en France].


1/ Données relatives aux individus radicalisés

Répartition des individus inscrits au FSPRT par statut (mars 2019)

  • 11378 fiches actives, parmi lesquelles 10 623 individus « pris en compte », 564 « en veille », 191 « attribués, poursuite de l’évaluation ».
  • Fiches « clôturées » : 9489 individus

(page 54 du rapport – le niveau de suivi des individus est spécifié en page 55 du rapport).


Radicalisation dans la population pénitentitaire

  • « Au 26 mars 2019 étaient ainsi décomptés 1 019 détenus de droit commun radicalisés inscrits au FSPRT et 514 détenus condamnés pour des faits en lien avec le terrorisme islamo-djihadiste (TIS) » (page 61).

Combattants étrangers et leurs familles (FTFF)

  • « Sur les quelques 1 328 individus qui auraient rallié la zone depuis le début du phénomène en 2012, 709 ressortissants ou résidents français formellement identifiés étaient, au 8 mars 2019, encore présents en zone syro-irakienne, parmi lesquels 129 détenus (54 hommes et 75 femmes). Pour l’heure, les velléités de retour de ce contingent français sont demeurées mesurées. Seuls 270 individus auraient ainsi regagné volontairement le territoire national. Sur les trois dernières années, le nombre de retours a été de 24 en 2016, 10 en 2017, 10 en 2018 et 2 depuis le début de l’année 2019. » (page 39).
  • [Ndbp : un nombre élevé de français ou d’étrangers résidant en France, estimé, au 8 mars 2019, à 312, serait par ailleurs décédé sur place]

 

 

2/ Effectifs et moyens des services de renseignement

  • « Depuis 2015, les services de renseignement ont vu leurs recrutements progresser de façon significative (…). Ainsi, entre 2014 et 2017, le nombre d’agents participant à la politique publique du renseignement est passé de 15 531 à 18 632, soit une hausse de 20 % des effectifs. Plus de la moitié des recrutements ont été réalisés au profit de la direction générale de la police nationale (+ 916 emplois) et la DGSI (+ 715 emplois). L’évolution constatée en 2017 est également la conséquence de l’entrée, dans le périmètre des services mentionnés à l’article L. 811-4 du code de la sécurité intérieure, du bureau central du renseignement pénitentiaire (BCRP) et des cellules interrégionales du renseignement pénitentiaire, dont les effectifs étaient de 349 agents. » (p.31) « (…) Les services du renseignement intérieurs, visés à titre principal par les différents plans de lutte contre le terrorisme, ont connu l’augmentation des moyens la plus forte. Le budget en fonds normaux de la DGSI est ainsi passé de 289,2 millions d’euros en 2014 à 403,2 millions d’euros en 2018, soit une augmentation de près de 40 %. L’augmentation de sa dotation en fonds spéciaux a été encore plus significative, dans la mesure où elle a plus que triplé sur la même période. (…) Le budget des services de renseignement rattachés à la DGPN a augmenté de plus de 50 % entre 2014 et 2018. » (pages 42-43).
  • Bureau central du renseignement pénitentiaire : « La loi de programmation quinquennale pour la justice 2018-2022 a prévu une nouvelle augmentation de 109 postes supplémentaires sur trois ans, dont 35 en 2018, 39 en 2019 et 35 en 2020. D’un effectif de 216 agents en 2017, les effectifs du renseignement pénitentiaire devraient donc atteindre, en 2020, 325. » (page 63).

 


Tableaux récapitulatifs de l’évolution des effectifs

Estimation des effectifs à recruter à l’horizon 2025 (p. 97)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.