Conf * Associations professionnelles des cadres religieux * 20 juin 2019 * Aix

La prochaine séance du séminaire « De la fabrique des autorités religieuses : qualifications, légitimations et ancrages des « clercs » de l’islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée«  portera sur « Associations professionnelles des cadres religieux : 2 exemples maghrébins » et se tiendra le jeudi 20 juin 2019 à la MMSH d’Aix-en-Provence.

Le séminaire porte une réflexion interdisciplinaire sur les transformations à l’œuvre dans la construction de l’autorité des clercs religieux dans les trois religions du Livre et les conséquences sur leurs profils, leurs circulations, leurs modes de légitimation et leurs modes d’intervention dans l’espace public.

La séance s’intéressera aux « Associations professionnelles des cadres religieux : 2 exemples maghrébins » et se déroulera de 09h30 à 12h, salle Paul Albert Février (P.A.F.), Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (5, rue du Château de l’horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence).


Intervenants

  • Anna Grasso (CHERPA – Sciences Po Aix-en-Provence) « L’impact de la révolution du 14 janvier 2011 sur l’autorité religieuse des imâms en Tunisie »

Dans la plupart de la littérature sur le cas de l’autorité religieuse en islam sunnite, il est communément admis qu’à partir du XIXe siècle cette autorité religieuse (la figure de l’ouléma puis plus tard de l’imâm) est en constant déclin. Cette autorité s’est affaiblie et a été petit à petit institutionnalisée, fractionnée et soumise à l’autorité politique et étatique des puissances coloniales puis des régimes autoritaires qui ont émergé dans l’après-indépendance. Par la suite, ce sera la crainte de l’émergence des courants islamistes qui pousseront les régimes à surveiller et contrôler la nomination et l’activité des représentants religieux et des lieux de culte. Cette institutionnalisation de l’autorité religieuse est symbolisée, entre autres, par la création du Ministère des Affaires religieuses (en charge de la nomination, de la formation et de la rémunération des imâms) qui portera à l’émergence d’une nouvelle figure d’autorité religieuse étatique, le Ministre des Affaires religieuses.

Cependant, après la révolution du 14 janvier 2011, nous constatons l’émergence de représentants religieux qui profitent de cette phase de changement soit pour concurrencer et remettre en question l’autorité religieuse institutionnelle soit en s’associant au sein d’organisations syndicales pour réaffirmer l’importance de la fonction d’imâm et réclamer des meilleures conditions de travail. Face à ce constat, en nous appuyant sur les données empiriques récoltées lors de notre travail de terrain en Tunisie entre l’année 2011 et 2016 et plus particulièrement à travers une analyse de discours tiré des entretiens semi-directifs que nous avons pu mener avec des représentants religieux, nous souhaitons questionner si, et de quelle manière, ce contexte postrévolutionnaire a pu jouer sur la transformation de l’autorité religieuse des imâms tunisiens.

Comment définissent-ils la fonction d’imâm ? De quelle manière et sur quels aspects légitiment-ils leur autorité religieuse ? Quels modes d’action mettent-ils en œuvre pour faire reconnaître leur autorité ?

 

  • Charlotte Courreye (CERLOM – INALCO) « Les réseaux de formation de l’Association des Oulémas Musulmans Algériens, des années 1930 à l’Algérie indépendante »

Les oulémas algériens se formaient traditionnellement à la Zaytūna de Tunis, à la Qarawiyyīn de Fès ou à al-Azhar au Caire, avant de revenir enseigner en Algérie. C’était le cas des cadres de l’Association des oulémas musulmans algériens, fondée en 1931 pour défendre l’islam et la langue arabe en contexte colonial et devenue l’organe des « réformistes », partisans de l’iṣlāḥ, en Algérie. Leurs écoles formaient les élèves algériens en sciences religieuses, en langue arabe, en histoire-géographie et en calcul, à un niveau primaire. À partir de 1947, les meilleurs étudiants rejoignaient l’enseignement complémentaire de l’Institut Ibn Bādīs à Constantine, pour se préparer à rejoindre les célèbres mosquées-universités. En l’absence d’université islamique en Algérie, et face à l’accès restreint des Algériens aux universités plus généralement, des missions d’étudiants étaient organisées par l’association, pour envoyer ses élèves poursuivre leurs études supérieures en Tunisie, en Égypte ou en Irak, dans le cadre de  l’essor des relations transnationales arabes des années 1950. Nous verrons que les étudiants de ces missions de l’AOMA se formaient en fait assez peu aux sciences religieuses dans les pays d’accueil. Nous interrogerons donc le rôle de ces cursus profanes et des influences politiques découvertes par les étudiants de l’AOMA, et comment cela a contribué à transformer le statut de ʿālim chez les partisans de l’iṣlāḥ dans l’Algérie indépendante.

 

Crédit icono (wikicommons) : Illustrations of Ottomans by Jean-Baptiste Vanmour, 1707.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.