Conf * (Dé-)Radicalisation * 14 mars 2019

Séminaire du cycle “Violence et sortie de la violence” le 14 mars 2019 (17h30-19h30) avec Kevin Mc Donald sur “Radicalisation/Déradicalisation. Sociologie d’une expérience”. Inscription : inscription.seminaire@msh-paris.fr (inscription automatique par l’envoi d’un mail).

Lieu : salle A3-35 | 54, bd Raspail 75 006

Cette présentation décrit les thèmes principaux issus d’une étude de trois ans sur les voies menant à la radicalisation djihadiste (McDonald 2018), basée sur un travail de terrain avec des jeunes “difficiles à atteindre” membres d’Al-Mouhajiroun et de ses réseaux successeurs, combinés à analyse des communications sur les réseaux sociaux, en particulier du matériel visuel. Cette recherche a mis en évidence deux choses : premièrement, l’acteur corporel au cœur des expériences de radicalisation ; et deuxièmement, la nécessité de distinguer les différentes voies de radicalisation.

Le premier de ces parcours, centré sur “nous”, est construit autour de ses axes, inclusion / exclusion, ordre / désordre et pureté / impureté, avec des états affectifs significatifs organisés autour de l’anxiété et de la construction sociale du dégoût. Le second, centré sur “vous”, est construit en termes d’affirmation du pouvoir, avec une dette importante vis-à-vis des imaginaires du jeu et une structure expérientielle du caché et du révélé, du visible et de l’invisible, gagnants et perdants. Un troisième se concentre sur l’expérience du “je”. Nous rencontrons ici des pratiques d’individuation : purification de soi, sacrifice de soi, formes de violence dépressive pouvant impliquer une oblitération de soi. Ici, nous rencontrons également des expériences du sublime, où un sentiment de crainte et d’énormité accru donne lieu à une expérience de déplacement, évoluant dans certains cas en une expérience de l’étrange, du danger ou de la peur.

Ces voies démontrent à quel point la radicalisation est un processus social actif, corporel et communicatif, où les acteurs produisent et sont soutenus par un “tissu affectif” de plus en plus associé à une expérience médiatisée.

Les thèmes centraux de cette recherche sont présentés, ainsi que les idées de base qui encadrent un projet successeur, mettant l’accent sur les “méthodes affectives” nécessaires à saisir les expériences de “déradicalisation”.

Kevin McDonald est professeur de sociologie à Middlesex University à Londres. Ses recherches portent sur les mouvements sociaux, la subjectivité et expérience corporelle dans l’action, et les expériences contemporaines de la communication liées aux technologies numériques. Parmi ses publications figurent Global Movements: Action and Culture (Blackwell 2006) et Radicalization (Polity 2018).PROGRAMME  2018-2019

À la suite des attentats de 2015, la FMSH a mis en place la Plateforme Violence  et  sortie de la violence qui compte deux Observatoires, le premier consacré aux phénomènes de radicalisation, le second à la prévention et à la sortie de la violence. Le séminaire international commun aux deux observatoires assure une vie intellectuelle exigeante et constitue un lieu de rencontres entre l’univers de la recherche et celui de l’action.  
Pour la quatrième année consécutive, le séminaire poursuit l’invitation de chercheurs de renommée internationale pour approfondir la compréhension des phénomènes de violence et faire de la sortie de violence un domaine de recherche à part entière.
Le  programme 2018-2019 se concentre notamment sur les processus décisionnels, les mécanismes de pouvoir et le rôle d’acteurs politiques dans la négociation, voire l’échec, dans la gestion de crises politiques et/ou humanitaires. 

Quelques questions traverseront les séances :

  • De quelles informations disposiez-vous au moment de la prise de décisions auxquelles vous avez participé lors de crises passées ?
  • Quels services ou quelles administrations vous ont semblé avoir la perception la plus juste de la situation ?
  • Des analyses d’experts et/ou d’universitaires vous ont-t-elles été utiles ? Selon quelles formes vous sont-elles parvenues ?
  • Comment ont fonctionné selon vous les mécanismes décisionnels d’engagement des moyens de l’État (police, gendarmerie, armées, moyens de renseignement) ?
  • Comment entame-t-on des négociations de sortie de crise avec des acteurs armés ?

Le  séminaire  respectera les principes du Chatham House lors de la venue d’acteurs politiques.

Les séances du séminaire se tiendront dans la salle A3-35, de 17h30 à 19h30, au 54 bd Raspail 75 006 Paris, sauf cas exceptionnel.
Séminaire sur inscription : inscription.seminaire@msh-paris.fr (inscription automatique par l’envoi d’un mail).Prochaines séances :

(Attention: la séance du 11 avril est reportée au 6 juin) 
Jeudi 21 mars 2019

Jean-Claude Cousseran | Retour d’expérience sur la révolution iranienne

Jeudi 28 mars 2019
Alain Juillet | La gestion de crise face à la violence sociale, politique ou militaire: nécessité de l’information pour la prise de décision et l’ouverture du dialogue
Jeudi 9 mai 2019

Victoria Sanford |Anthropological Methods for Documenting Human Rights Violations and Genocide

Jeudi 23 mai 2019
Veena Das | A Child Disappears: Law and Violence in the Interstices of Everyday Life

6 juin 2019
Eric Lair | La Colombie entre guerre et paix: (dis)continuités de la violence des guérillas et des paramilitaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.