Conf * Les radicalisations violentes vues d’ailleurs * 28-29 nov 2016

tgb-image-n1Colloque international : Les radicalisations violentes vues d’ailleurs
Paris, 28-29 novembre 2016

Le Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (LAIOS/IIAC, CNRS), la plateforme « Violence et sortie de la violence » de la Fondation Maison des sciences de l’homme et le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS, CNRS/EHESS), organisent à Paris les 28-29 novembre 2016 un colloque international sur « Les radicalisations violentes vues d’ailleurs ».

Les organisateurs assureront une traduction simultanée entre le français et l’arabe. La participation se fera uniquement sur inscription préalable. Inscription : Vlad Berindei vberindei@msh-paris.fr 01 49 54 21 63

 

Une vingtaine de chercheurs venant d’Europe, du Moyen-Orient, d’Amérique du nord et d’Asie sont conviés à cette rencontre. Les travaux se répartiront autour de quatre axes :
1. La radicalisation contemporaine. Il existe une multitude de définitions de la radicalisation. Deux semblent les plus opérationnelles : celle qui relie directement idéologie extrémiste et action violente et celle qui tente de montrer qu’un contexte socio-politique peut pousser à la violence au nom d’une idéologie déterminée (par exemple le djihadisme). La première définition postule que la radicalisation se produit lorsque l’action violente se conjugue à une idéologie radicale. La seconde définition tente de saisir un lien probabiliste entre la radicalisation et une opinion. L’objet de cette première partie du colloque est de réfléchir à ces approches, à un moment où acteurs politiques, médias, organisations de la société civile et opinion publique sont constamment aux prises avec cette expression désormais largement répandue.
2. La radicalisation vue d’ailleurs. Depuis longtemps, nos recherches sont pénalisées par le manque de décentrement et de recherche empirique (en particulier quand elles touchent les sociétés arabo-musulmanes), tandis que l’essentialisme tente de s’imposer malgré des réponses insatisfaisantes. On constate par exemple que l’approche identitaire n’explique pas les conflits générationnels, ou encore la confrontation entre milices et structures locales plus traditionnelles comme les tribus, quand il s’agit de certaines sociétés d’Asie, d’Afrique ou du Moyen-Orient.
3. Les métamorphoses de la radicalisation djihadiste après Daech, quelques hypothèses. Au moment où le djihadisme de Daech marque un recul net en Irak et en Syrie, il s’agit d’analyser les motivations des acteurs, leurs modes d’action, leurs références intellectuelles, le djihadisme des femmes, aussi bien en Europe que dans les pays arabo-musulmans.
4. Les sociétés en terre de djihad. La question des supports culturels, artistiques, et de communication mobilisés par les djihadistes dans les sociétés sous leur contrôle a été rarement abordée par les chercheurs. Ce colloque donnera une place à l’usage des chants, des images et de la musique en terre de djihad. Il s’arrêtera aussi sur l’impact que produit la destruction des sites archéologiques sur les populations locales. Au-delà de ses aspects ultra-violents, l’entreprise identitaire développée par Daech combine en effet adhésion et exclusion.
Responsables scientifiques du colloque :
Hosham Dawod, CNRS (LAIOS-IIAC)/FMSH Farhad Khosrokhavar, CADIS (CNRS / EHESS), Observatoire des radicalisations, FMSH

Programme : programme-les-radicalisations-violentes-vues-dailleurs_28-29-novembre-2016

 

Programme

 

 

Lundi 28 novembre

 

 

9h Ouverture et présentation, Farhad Khosrokhavar et Hosham Dawod

 

9h15 Michel Wieviorka, président de la FMSH

Introduction générale

   
9h30-11h Djihad, violence et autorité religieuse

Président de séance : Farhad Khosrokhavar, Observatoire des radicalisations, FMSH / CADIS, EHESS

 

  Mohamed Ali Adraoui, Middle-East Institute, National University of Singapore : Origines et évolutions de la justification de la violence dans le salafisme et le djihadisme contemporains

 

  Harith Hasan al-Qarawee, Crown Center for Middle-East Studies, Brandeis University : Jihadism and Religious Institutions : Cases from Near-East

 

10h30-11h Discussion
   
11h-11h30 Pause café
   
11h30-13h De la radicalité au djihadisme

Président de séance : Sari Hanafi, American University of Beirut

 

  Yahya al-Kubaisi, Iraqi Center for Strategic Studies, Amman : Le djihadisme comme ultime expression de la radicalité : le cas de l’Irak

 

  Saoud El Mawla, Université libanaise de Beyrouth : Les salafistes libanais : de la da’wa « scientifique » au radicalisme djihadiste

 

12h30 Discussion
   
13h-14h30 Pause déjeuner
   
14h30-17h30

 

Table ronde : Radicalisation et dé-radicalisation, une perspective comparée

Président de séance : Jean-Bernard Ouédraogo, IIAC-LAIOS, CNRS

 

  Omar Ashour, Institute of Arab and Islamic Studies, University of Exeter : Transitions from Armed to Unarmed Activism : Radicalisation and De-Radicalisation in Comparative Perspective

 

  Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Institut de recherche pour le développement : Islam, (dé)radicalisation et révoltes sociales : quelques perspectives sahéliennes

 

  Hasni Abidi, Global Studies Institute, Université de Genève : La conversion politique du djihadisme en Libye. Le parcours singulier du « Groupe islamiste combattant »

 

   
16h-16h30 Pause café
   
16h30-17h30 Discussion

 

 

 

Mardi 29 novembre

 

 

9h30-13h Art, éducation, musique et djihad

Président de séance : Hasni Abidi, Global Studies Institute, Université de Genève

 

  Sari Hanafi, American University of Beirut : Daech et les curriculum des départements d’études islamiques dans les universités arabes

 

  Helen Malko, Italian Academy for Advanced Studies, Columbia University : Heritage Wars : The Erasure of History in Syria and Iraq

 

10h30-11h Discussion
   
11h-11h30 Pause café
   
11h30 Président de séance : Saoud El Mawla, Université libanaise de Beyrouth

 

  Luis Velasco-Pufleau, Centre de recherches sur les arts et le langage, EHESS : De l’interdiction de la musique aux anashid djihadistes : pratiques de socialisation, légitimation de la violence et construction identitaire en terre de djihad

 

  Ali Mustafa Karim, University of Sulaimani : How Mullah Krekar’s Nasheeds Have Inspired Kurdish Jihadists ?

 

12h30-13h Discussion
   
13h-14h30 Pause déjeuner
   
14h30-16h

 

Djihad en terre kurde

Président de séance : Hosham Dawod, FMSH / IIAC-LAIOS, CNRS

 

  Omed Mohammed Hussein, University of Sulaimani : Identifying and Analyzing the Impact of Economic Factors on Islamic Radicalization (Iraqi Kurdistan Case Study)

 

  Adel Bakawan, Université d’Evry : Djihadisme et sortie du djihadisme, le cas du Kurdistan d’Irak

 

15h30-16h Discussion
   
16h-16h30 Pause café
   
16h30-18h La radicalisation entre ici et là-bas

Président de séance : Mohamed-Ali Adraoui, Middle-East Institute, National University of Singapore

 

  Farhad Khosrokhavar, FMSH / CADIS, EHESS : La Syrie, théâtre mondial pour les djihadistes occidentaux

 

  Hosham Dawod, FMSH / IIAC-LAIOS, CNRS : Tribus en terre de djihad : cas d’Irak et de Syrie

 

17h30-18h Discussion générale et conclusion

 

 

 

 

Une traduction simultanée arabe-français sera assurée

 

Péniche du CROUS, Quai François Mauriac, Port de la Gare, 13e arrondissement
métro | Lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)
bus | Lignes 89, 62, 64, 132 et 325
Inscription nécessaire :
Vlad Berindei

vberindei@msh-paris.fr

01 49 54 21 63

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.