Conf * Les quartiers d’évaluation de la radicalisation * 18 déc 2018

Séminaire du CESDIP le 18 décembre 2018 à 10h sur « Enquêter dans les quartiers d’évaluation de la radicalisation. Méandres du terrain et principaux résultats » (Lieu : Saint-Quentin en Yvelines, 78). Intervenants :

Gilles Chantraine est sociologue, chargé de recherche au CLERSE – CNRS / Université de Lille. Ses travaux se consacrent à l’analyse des transformations contemporaines des prisons. Il est notamment l’auteur de Par-delà les murs (PUF, 2004), et, avec Jean Bérard, de 80 000 détenus en 2017 ? (2008, Amsterdam), et Bastille Nation, French Penal Politics and the Punitive Turn (2013, Red Quill Books). Il a récemment dirigé, avec Tomas Martin, Prison Breaks, Toward a Sociology of Escape (2018, Palgrave).


David Scheer est docteur en criminologie. Il travaille actuellement au Centre de Recherche Pénalité, Sécurité et Déviances de l’Université Libre de Bruxelles (CRPSD, Belgique). L’orientation principale de ses travaux consiste à mener une sociologie de la prison au travers d’une méthodologie essentiellement ethnographique, en abordant des thématiques carcérales variées :  les prisons pour mineurs, l’architecture pénitentiaire, le métier de directeur de prison, les trajectoires de sorties de délinquance ou la prise en charge pénitentiaire des détenus « terroristes ». En 2017/2018, il participe à une recherche relative aux « quartiers d’évaluation de la radicalisation » au sein des prisons françaises (Centre lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Economiques, sous la direction de Gilles Chantraine).


Enquêter dans les quartiers d’évaluation de la radicalisation. Méandres du terrain et principaux résultats.

Cette communication prend pour cadre une recherche récente (2018) relative aux « quartiers d’évaluation de la radicalisation » (QER) au sein des prisons françaises, basée sur une méthodologie de type ethnographique – immersions longues, entretiens compréhensifs, analyse documentaire –, et rendue possible par l’élaboration d’une convention de recherche entre la direction de l’administration pénitentiaire et le CNRS. Le rapport de recherche « Enquête sociologique sur les quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER) », comme son nom l’indique, ne porte pas sur l’ensemble des réponses législatives face au terrorisme mais tente d’analyser une petite partie de ces conséquences : celle qui concerne la gestion des prisons en général et, plus particulièrement, la mise en œuvre et le fonctionnement des QER. Pierre angulaire de la gestion des détenus dits « radicalisés » en prison, les QER reposent sur le principe d’une évaluation des détenus par une équipe pluridisciplinaire dans le cadre de sessions successives à durée déterminée en vue de la construction progressive de synthèses d’évaluation permettant une affectation ultérieure des détenus en détention.
Cette communication porte à la fois sur les principaux résultats de recherche, et sur les coulisses de sa négociation et de sa mise en œuvre. 1/ Elle visera d’une part à décrire et à comprendre comment les QER ont été élaborés, comment la cohérence interne du dispositif a été pensée et comment les acteurs, depuis les positions et les statuts qui sont les leurs, donnent sens au dispositif ; aussi, et plus largement, elle sera l’occasion de décrire le fonctionnement concret des QER au quotidien et la manière dont les rapports sociaux s’y organisent. 2/ D’autre part, cette communication s’intéressera aux enjeux éthiques et déontologiques de l’enquête, ainsi qu’aux enjeux de surveillance des chercheurs et des efforts institutionnels pour contrôler leurs données et leurs interprétations scientifiques. Dans un contexte de prolongation de l’état d’urgence, d’accroissement des pouvoirs des services de renseignement en matière de lutte antiterroriste, et d’accroissement conjoint de la pression institutionnelle sur des professionnels paniqués à l’idée que leur responsabilité soit mise en jeu lors d’un drame toujours potentiel, les modalités (polymorphes) de surveillance et de contrôle du travail des chercheurs – qu’elles soient avérées, soupçonnées ou fantasmées – structurent le travail de récolte, d’analyse et de restitution des données, et doivent faire l’objet d’un retour réflexif approfondi qu’il s’agira de présenter lors de ce séminaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.