Conf * Conversions à l’islam * 15-16 fév 2016

Yeni_Daşkənddə_məscidAnnonce : Colloque international « Rendre compte des conversions à l’islam: vers quelles approches en sciences sociales ? ». 15-16 février 2016, à Sciences Po.

Une *inscription *préalable sur notre site est *obligatoire *: http://conversion2016.sciencesconf.org/

Comité d’organisation : Juliette Galonnier, Hamzi Khateb, Amélie Puzenat, Sylvie Taussig

Argumentaire

Les conversions à l’islam se présentent, à l’heure actuelle, comme un objet social incontournable des sociétés occidentales dont il est nécessaire de rendre compte scientifiquement. Souvent en lien avec le contexte géopolitique international, elles font l’objet d’une attention médiatique et étatique croissante. Des converti(e)s radicalisé(e)s font de plus en plus la une de l’actualité suscitant l’incrédulité et l’incompréhension. La recherche en sciences sociales s’est récemment saisie de cet objet polémique pour en offrir une analyse dépassionnée et nuancée, visant à déconstruire les représentations qui l’entourent. Ces dernières années, les travaux académiques sur les conversions à l’islam se sont multipliés, esquissant différentes figures de la conversion et modalités d’ « investissement » de soi dans le religieux. Ces recherches couvrent désormais un grand nombre de pays occidentaux : France (LePape 2007; Puzenat 2010; Mossière 2014; Riva 2015), Royaume-Uni (Köse 1996; Bourque 1998; Zebiri 2007; Moosavi 2012; Suleiman 2013; Gilham 2014), Belgique (Leman 2010), Suisse (Leuenberger 2014), Pays-Bas (Van Nieuwkerk 2008), Allemagne (Özyürek 2014), Norvège (Roald 2006), Suède (McGinty 2006; Roald 2012), Danemark (Jensen 2008), Espagne (Rogozen-Soltar 2012), Italie (Allievi 1998), Etats-Unis (McCloud 1995; Jackson 2005; Winchester 2008; Tourage 2012), Québec (Mossière 2014), Australie (Woodlock 2010). Cette littérature foisonnante et en plein essor se caractérise toutefois par une diversité d’approches théoriques et méthodologiques. L’objectif de cette journée d’études est alors d’opérer un retour réflexif sur la pratique de la recherche sur les conversions à l’islam en invitant les chercheurs à communiquer sur leurs choix épistémologiques et à en expliciter les implications.

Axes thématiques

L’ambition est d’établir un dialogue sur la possibilité de combiner plusieurs angles d’approche. Pour ce faire, nous souhaitons recevoir des propositions qui s’articulent autour des axes suivants :

Axe 1 : Questions de Méthode

Face à l’absence de données statistiques fiables sur les convertis à l’islam, la recherche en sciences sociales a surtout eu recours aux méthodes qualitatives. L’enquête par entretiens, directifs ou non, est ainsi souvent mobilisée et l’analyse des « récits de conversion » est devenue un modèle du genre (Hermansen 1999; LePape 2005). Pour cet atelier, nous souhaiterions recevoir des propositions de communication qui s’interrogent sur les avantages et les inconvénients du recours à l’entretien pour rendre compte de la conversion. Nous souhaiterions également recueillir des propositions qui s’appuient sur d’autres méthodes : ethnographie, focus groups, questionnaires en ligne, analyse textuelle (biographies, blogs), collecte et analyse de données statistiques, analyse de réseaux sociaux, travail d’archives, analyse longitudinale, etc. Par ailleurs, alors que la plupart des études sur la conversion sont des monographies nationales du temps présent, nous encourageons également les propositions qui mobilisent une approche historique (Garcia-Arenal 1999) ou qui ont recours à la comparaison internationale (Daynes 1999; McGinty 2006; Wohlrab-Sahr 2006; Leman et al. 2010; Mossière 2014; Galonnier à paraître). L’objectif de l’atelier sera d’échanger sur les différents apports de ces méthodes, de s’interroger sur les résultats particuliers qu’elles produisent et d’envisager des possibilités de les combiner.

Axe 2 : Déterminismes sociaux, mouvements religieux et Agentivite

L’une des préoccupations fondamentales qui traversent la littérature sur la conversion religieuse est de chercher à déceler en quoi l’individu qui se convertit est agi ou agent, libre de son choix ou soumis à des déterminismes sociaux ou des mouvements religieux qui le dépassent. Beaucoup de travaux se sont ainsi interrogés sur les dynamiques macro-sociétales qui permettent d’expliquer les conversions de masse au-delà des parcours personnels (Arnold 1896; Bulliet 1979; Levtzion 1979; Luckmann 1999). Ces approches contrastent avec celles qui offrent une analyse plus individualisée de la conversion et qui prennent au sérieux les motifs et raisons d’agir des convertis. D’autres encore s’interrogent sur les déterminismes sociaux (genre, classe sociale, ethnicité) qui pèsent sur les trajectoires de conversion individuelles (Köse 1996). Les travaux sur les femmes converties à l’islam (Bourque 2006; Haddad 2006; Van Nieuwkerk 2006; Mossière 2014; Riva 2015) occupent une place prépondérante dans ce champ : ils interrogent le rôle déterminant du genre tout en investiguant les recompositions et réappropriations des normes genrées qui s’opèrent au cours de la conversion. A mi-chemin entre ces approches macrosociologique et microsociologique, on trouve également toute une littérature sur le rôle des groupes intermédiaires dans la structuration des parcours de conversion : mouvements de revitalisation religieuse (da’wah), associations de convertis, etc. (Poston 1992). Pour cet atelier, nous sollicitons des propositions de communication qui réfléchissent au rôle des déterminismes sociaux et mouvements religieux à plusieurs échelles (macro, mezzo et/ou micro). Nous encourageons également les travaux qui s’interrogent sur la façon dont les convertis à l’islam dépassent ces déterminismes en se réappropriant et en redéfinissant les normes sociales qui pèsent sur eux.

Axe 3 : Processus de conversion et Apprentissages religieux

La phase d’apprentissage religieux qui suit la décision de se convertir, matérialisée dans la récitation (officialisée ou non) de la shahada, se prolonge souvent sur plusieurs années (Jensen 2006; Winchester 2008; Van Nieuwkerk 2014). Ainsi, alors que la conversion à l’islam est souvent présentée comme un acte unique et définitif marquant une rupture entre un « avant » et un « après », cet atelier s’attachera à rendre compte de la conversion à l’islam comme un processus social s’étalant dans le temps, en s’interrogeant sur l’incorporation de nouvelles croyances et pratiques, le développement d’un habitus musulman, l’intégration dans des cercles de croyants musulmans. Par ailleurs, même s’ils restent minoritaires, nous souhaitons aussi réfléchir aux parcours de convertis radicalisés et à la notion d’ « endoctrinement » qui mérite d’être scientifiquement approfondie dans le cadre de l’étude des conversions à l’islam.

Axe 4 : Ethnicisation et racialisation de l’appartenance religieuse

De nombreux travaux ont démontré que l’islam fait l’objet d’une appréhension ethnicisante et racialisante dans la plupart des sociétés occidentales (Bayoumi 2006; Meer and Modood 2010; Meer 2013; Selod and Embrick 2013). En conséquence, la conversion à l’islam est indéniablement liée à la question ethno-raciale (Franks 2000; Alam 2012; Larisse 2013; Brun 2014; Özyürek 2014; Galonnier 2015; Moosavi 2015). Au vu du contexte géopolitique actuel, la conversion à l’islam est aussi parfois interprétée comme une véritable trahison à l’ « identité nationale ». Pour cet atelier, nous nous interrogerons sur l’apport d’une approche type ethnic and racial studies dans la compréhension de la conversion à l’islam. Nous sollicitons des communications qui explorent la façon dont les convertis se trouvent confrontés au stigmate ethno-racial attaché à leur nouvelle religion ainsi que les stratégies qu’ils déploient pour faire face à l’islamophobie. L’objectif sera de s’interroger sur la pertinence des cadrages en termes d’identité, de racisme, de discrimination et de stigmatisation pour rendre compte de l’expérience vécue des convertis. Nous souhaiterions également entendre des travaux portant sur l’hybridation identitaire qui résulte de l’expérience de conversion.

Consignes pour les propositions

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou en anglais.

Doivent y figurer les nom et prénom de l’auteur, son institution de rattachement, son adresse e-mail, le titre de la communication et un résumé (maximum 600 mots, soit à peu près 3000 signes).

Elles sont à envoyer au format Word ou PDF à Amélie Puzenat – amelie.puzenat@uco.fr et Juliette Galonnier juliette.galonnier@sciencespo.fr

avant le 18 août 2015.

Les auteurs recevront une notification au sujet de leur participation à la journée d’études début octobre 2015.

La journée d’étude aura lieu à l’OSC – Sciences Po Paris les 15-16 Février 2016

Responsables du projet

Juliette Galonnier est doctorante en sociologie dans le cadre du double diplôme entre Sciences Po Paris (OSC) et Northwestern University (Chicago). Sa thèse consiste en une analyse comparative de l’expérience des convertis à l’islam en France et aux Etats-Unis. Mobilisant ethnographie et entretiens biographiques, elle cherche notamment à comprendre comment les convertis français et américains se positionnent vis-à-vis des stéréotypes racialisants et essentialisants qui circulent dans leurs pays respectifs à propos de la religion musulmane.

Diplômée de l’Université Paris 7, Amélie Puzenat est maître de conférences en sociologie à l’Université catholique de l’Ouest et chercheure associée au laboratoire ESO. Sa thèse portait sur les conversions à l’islam en France, notamment sur les redéfinitions identitaires et genrées engendrées par celle-ci. Interrogeant la conversion à partir du prisme familial,  la religiosité des converti(e)s est, dans ses travaux, appréhendée à partir des relations conjugales, de la transmission générationnelle ou encore de l’instruction scolaire.

Hamzi Khateb est doctorant en théorie politique à Sciences Po Paris (CEVIPOF). Sa thèse aborde la question de la responsabilité morale entre lois coraniques et lois républicaines auprès des convertis musulmans en France. En se basant sur une étude longitudinale auprès des convertis suivis durant deux ans, il cherche à analyser les modalités de leur socialisation religieuse, en s’appuyant sur la notion de la responsabilité morale. L’enjeu est de comprendre comment la responsabilité se reflète en tant qu’objet social compris entre les lois/valeurs /normes musulmanes et les lois/valeurs/normes républicaines et françaises, et comment ces dernières prennent forme au travers des actions et des pratiques religieuses des musulmans convertis.

Sylvie Taussig est chercheure au CNRS au centre Jean Pépin, UMR 8230, en lettres
classiques. Présidente de l’association Irène, groupe d’études sur le religieux, elle s’intéresse également à la question des religions et de l’islam en France. Elle a publié des ouvrages « Les musulmans en France : courants, institutions, communautés : un état des lieux », « L’islam en France » ; et organise régulièrement des conférences ou séminaires à ce
propos.

http://calenda.org/334944

Bibliographie

Alam, Oishee. 2012. « ‘Islam is a Blackfella Religion, Whatchya Trying to Prove?’: Race in the Lives of White Muslim Converts in Australia. » The La Trobe Journal, 89, 124-139.

Allievi, Stefano. 1998. Les Convertis à l’Islam: les Nouveaux Musulmans d’Europe. Paris: L’Harmattan.

Arnold, T.W. 1896. The Preaching of Islam: A History of the Propagation of the Muslim Faith. Lahore: Sh. Muhammad Ashraf.

Bayoumi, Moustafa. 2006. « Racing Religion. » The New Centennial Review, 6, 2: 267-293.

Bourque, Nicole. 1998. « Being British and Muslim: Dual Identity Amongst New and Young Muslims. » p. 1-19 in University Lectures in Islamic Studies, edited by Jones Alan. London: Altajir World of Islam Trust

———. 2006. « How Deborah Became Aisha: The Conversion Process and the Creation of Female Muslim Identity. » p. 233-249 in Women Embracing Islam: Gender and Conversion in the West, edited by Van Nieuwkerk K. Austin: University of Islam

Brun, Solène. 2014. Passer la frontière ou brouiller les lignes ? Race, genre et religion : les frontières ethno-raciales au prisme des conversions de femmes à l’Islam en FranceMaster Thesis in Sociology. Paris: Sciences Po.

Bulliet, Richard W. 1979. Conversion to Islam in the Medieval Period. Cambridge: Harvard University Press.

Daynes, Sarah. 1999. « Processus de conversion et modes d’identification à l’islam: l’exemple de la France et des Etats-Unis. » Social Compass, 46, 3: 313-323.

Franks, Myfanwy. 2000. « Crossing the Borders of Whiteness? White Muslim Women Who Wear Hijab in Britain Today. » Ethnic and Racial Studies, 23, 5: 917-929.

Galonnier, Juliette. 2015. « When White Devils Join the Deen: White American Converts to Islam and the Experience of Non-Normative Whiteness. » Notes et Documents, Paris, Sciences Po/OSC.

———. à paraître. « Comparative Racialization: White Converts’ Encounters with Race in France and the United States. »

Garcia-Arenal, Mercedes. 1999. « Les conversions d’Européens à l’islam dans l’histoire: esquisse générale. » Social Compass, 46, 3: 273-281.

Gilham, Jamie. 2014. Loyal Enemies: British Converts to Islam, 1850-1950. Oxford: Oxford University Press.

Haddad, Y. Z. 2006. « The Quest for Peace in Submission: Reflections on the Journey of American Women Converts to Islam. » p.  in Women Embracing Islam, edited by Van Nieuwkerk K. Austin: University of Texas Press

Hermansen, Marcia. 1999. « Roads to Mecca: Conversion Narratives of European and Euro-American Muslims. » The Muslim World, 89, 1.

Jackson, Sherman. 2005. Islam and the Blackamerican: Looking Toward the Third Resurrection. Oxford: Oxford University Press.

Jensen, Tina Gudrun. 2006. « Religious Authority and Autonomy Intertwined: the Case of Converts to Islam in Denmark. » The Muslim World, 96, 643-660.

———. 2008. « To Be ‘Danish,’ Becoming ‘Muslim’: Contestations of National Identity? » Journal of Ethnic and Migration Studies, 34, 3: 389-409.

Köse, Ali. 1996. Conversion to Islam: A Study of Native British Converts. London: Kegan Paul International.

Larisse, Agathe. 2013. Bifurcation et subjectivation politique: les originaires des Antilles converti-e-s à l’Islam en Ile-de-FranceMaster Thesis in Sociology. Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).

Leman, Johan. 2010. « Crossing Boundaries: Ethnicity and Islamic Conversion in Belgium. » Ethnoculture, 2, 27-44.

Leman, Johan, Stallaert, Christiane and Lechkar, Iman. 2010. « Ethnic Dimensions in the Discourse and Identity Strategies of European Converts to Islam in Andalusia and Flanders. » Journal of Ethnic and Migration Studies, 36, 9: 1483-1497.

LePape, Loïc. 2005. « Les récits de conversion: d’une histoire personnelle romancée à l’analyse sociologique d’un engagement religieux. » Alfa, Maghreb et Sciences Sociales, 1, 77-87.

———. 2007. « Engagement religieux, engagements politiques: conversions dans une confrérie musulmane. » Archives de sciences sociales des religions, 140: 9-27.

Leuenberger, Susanne. 2014. « ‘I Have Become a Stranger in my Homeland’: An Analysis of the Public Performance of Converts to Islam in Switzerland. » p. 1181-1202 in Debating Islam: Negotiating Religion, Europe and the Self, edited by Behloul Samuel M;, Leuenberger Susanne and Tunger-Zanetti Andreas. Bielefeld: Verlag

Levtzion, Nehemia. 1979. Conversion to Islam. New York: Holmes and Meier.

Luckmann, Thomas. 1999. « The Religious Situation in Europe: the Background to Contemporary Conversions. » Social Compass, 46, 3: 251-258.

McCloud, Amina B. 1995. African-American Islam. New York: Routledge.

McGinty, Anna Mansson. 2006. Becoming Muslim: Western Women’s Conversions to Islam. New York: Palgrave Macmillan.

Meer, Nasar. 2013. « Racialization and Religion: Race, Culture and Difference in the Study of Antisemitism and Islamophobia. » Ethnic and Racial Studies, 36, 3: 385-398.

Meer, Nasar and Modood, Tariq. 2010. « The Racialisation of Muslims. » p. 69-83 in Thinking through Islamophobia, edited by Vakil A. K. and Sayyid S. London: Hurst & Co

Moosavi, Leon. 2012. « British Muslim Converts Performing Authentic Muslimness. » Performing Islam, 1, 1: 103-128.

———. 2015. « The Racialization of Muslim Converts in Britain and Their Experiences of Islamophobia. » Critical Sociology, 41, 1: 41-56.

Mossière, Géraldine. 2014. Converties à l’Islam. Parcours de femmes au Québec et en France. Montréal: PU Montréal.

Özyürek, Esra. 2014. Being German, Becoming Muslim: Race, Religion and Conversion in the New Europe. New York: Princeton University Press.

Poston, Larry. 1992. Islamic Da’wah in the West: Muslim Missionary Activity and the Dynamics of Conversion to Islam. New York: Oxford University Press.

Puzenat, Amélie. 2010. Conversions à l’islam et islams de conversion: dynamiques identitaires et familialesThèse en sociologie. Paris: Université Paris 7.

Riva, Virginie. 2015. Converties. Paris Seuil.

Roald, Anne Sofie. 2006. « The Shaping of a Scandinavian Islam: Converts and Gender Equal Opportunity. » p. 48-70 in Women Embracing Islam: Gender and Conversion in the West, edited by Van Nieuwkerk Karin. Austin: University of Texas Press

———. 2012. « The conversion process in stages: new Muslims in the twenty-first century. » Islam and Christian-Muslim Relations, 23, 3: 347-362.

Rogozen-Soltar, Mikaela. 2012. « Managing Muslim Visibility: Conversion, Immigration and Spanish Imaginaries of Islam. » American Anthropologist, 114, 4: 611-623.

Selod, Saher and Embrick, David G. 2013. « Racialization and Muslims: Situating the Muslim Experience in Race Scholarship. » Sociology Compass, 7, 8: 644-655.

Suleiman, Yasir. 2013. Narratives of Conversion to Islam: Female Perspectives. Cambridge: Cambridge University Press.

Tourage, M. 2012. « Performing Belief and Reviving Islam: Prominent (White Male) Converts in Muslim Revival Conventions. » Performing Islam, 1, 2: 207-226.

Van Nieuwkerk, K. 2014. « Conversion to Islam and the Construction of a Pious Self. » p. 667-686 in The Oxford Handbook of Religious Conversion, edited by Rambo Lewis R. and Farhadian Charles E. Oxford: Oxford University Press

Van Nieuwkerk, Karin. 2004. « Veils and Wooden Clogs Don’t Go Together. » Ethnos: Journal of Anthropology, 69, 2: 229-246.

———. 2006. Women Embracing Islam: Gender and Conversion in the West. Austin: University of Texas Press.

———. 2008. « Biography and Choice: Female Converts to Islam in the Netherlands. » Islam and Christian-Muslim Relations, 19, 4: 431-447.

Winchester, Daniel. 2008. « Embodying the Faith: Religious Practice and the Making of a Muslim Moral Habitus. » Social Forces, 86, 4: 1753-1780.

Wohlrab-Sahr. 2006. « Symbolizing Distance: Conversion to Islam in Germany and the United States. » p. 71-94 in Women Embracing Islam: Gender and Conversion in the West, edited by Van Nieuwkerk K. Austin: Texas University Press

Woodlock, Rachel. 2010. « Praying Where They Don’t Belong: Female Muslim Converts and Access to Mosques in Melbourne, Australia. » Journal of Muslim Minority Affairs, 30, 2: 265-278.

Zebiri, Kate. 2007. British Muslim Converts: Choosing Alternative Lives. Oxford: Oneworld Publications.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *